FAITS DIVERS

Sur la RDO, elle reçoit un projectile en plein visage


Jeudi 19 Novembre 2015 à 16:45 | Lu 4509 fois

FAA'A - Alors qu'elle roulait sur la RDO, une femme a reçu un projectile en plein visage. Pour elle, cela ne fait aucun doute : il a été lancé par un jeune. Elle appelle les autorités à réagir et à lutter contre la délinquance.


Hier mercredi, Turouru Amaru a partagé une photo accompagnée d'un long message. Le "post" a fait le tour de la toile : il a été partagé plus de 1400 fois. Turouru raconte que mardi soir, alors qu'elle roulait sur la RDO, elle a reçu un projectile en plein visage. Elle passait alors à proximité de la passerelle du collège Henri Hiro. Tahiti Nui Télévision est allé à sa rencontre. "On est allé tout de suite avec les pompiers à l'hôpital", raconte Turouru. "J'ai vu avec la gendarmerie de Faa'a qui m'a dit qu'il fallait porter plainte." Turouru a eu 5 jours d'ITT. "C'est comme si j'avais reçu un coup de massue sur le visage", raconte-t-elle. C'est violent. 

Dans son message sur la toile, persuadée que le projectile a été lancé par un jeune, elle appelle le maire de Faa'a à "s'occuper de sa population" et de la violence. "Je suis en colère par rapport à cette population qui ne sait pas quoi faire. Je n'arrive pas à comprendre que l'on puisse faire des choses comme ça. (...) Là c'est moi qui ai ramassé, mais il y a quelques années quand mon fils avait 14 ans, il s'est fait rosser à Papara", explique-t-elle au micro de Tahiti Nui Télévision. 
Robert Maker, premier adjoint au maire explique que la RDO est une route territoriale et que la compétence à cet endroit revient donc au Pays. Pour autant la commune est "consciente des difficultés que rencontrent les gens." Robert Maker rappelle que c'est aux parents d'apprendre aux jeunes "ce qu'est le respect d'autrui, le respect de soi-même, de manière à ce que nous vivions dans un havre de paix."

Les "lancers" de projectiles divers depuis la passerelle du collège Henri Hiro sont courants à en croire les autorités et même certains jeunes de la commune. "La police nous a dit que ce n'était pas la première fois", rapporte Turouru.
"Y'en a qui te jettent des oeufs quand tu passes en voiture", raconte un adolescent. "Quand on se rejoint en bord de route, c'est qu'on n’a pas cours", témoigne-t-il au micro de Tahiti Nui Télévision. Pour s'occuper, "il y a des jeunes qui boivent, qui fument... D'autres qui vont se balader. (...) Faa'a c'est vraiment une banlieue, ça craint" estime-t-il. 

La fille de Turouru, âgée de 14 ans aurait pu se trouver dans le véhicule ce soir-là. "Ça aurait pu être elle. Ça aurait été dramatique", lance Turouru. Son mari est excédé : "je suis désolé pour ces jeunes (...) Il faut les aider. Dans quel sens je ne sais pas parce qu'il y a tout ce qu'il faut : il y a le sport, il y a les jardins, il y a un skate park, des salles de sport..."


Rédaction Web (Interviews : Maite Mai / Brandy Tevero)

Turouru et son mari


Robert Maker, premier adjoint au maire de Faa'a


Un jeune de la commune








Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:49 12 ans de prison pour le père incestueux

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard