FAITS DIVERS

Sinistrée en colère : mise au point de la présidence


Mercredi 23 Décembre 2015 à 18:48 | Lu 2882 fois

DROIT DE RÉPONSE - Dans un communiqué, la présidence revient sur le cas de Corina Virau, sinistrée de Tiarei, qui exprimait sa colère, notamment contre le ministère de l'Equipement.


Photo fournie par la présidence de la Polynésie française
Photo fournie par la présidence de la Polynésie française
"Par la présente, le gouvernement de la Polynésie française souhaite user de son droit de réponse à différents articles parus et autres émissions diffusées récemment dans les médias.
 
En effet, un certain nombre d’entre eux ne sont qu’une suite d’approximations et d’accusations, aux limites de la diffamation. Certains d’ailleurs ne font que reprendre des propos publiés sur les réseaux sociaux, de personnes en pleine détresse, afin de défrayer la chronique, ce qui ne peut que conduire à des élucubrations.
 
Il est faux par exemple d’indiquer que le ministère et la direction de l’Equipement, n’ont pas répondu à la demande de Madame Virau, dont le témoignage a été repris à plusieurs reprises ces derniers jours. Les équipes de l’Equipement étaient sur le terrain dès le 2 décembre, afin de conforter les berges de la rivière Onohea, aux abords immédiats de la propriété de Madame Virau.
 
Pour preuve, la photo datée, qui est jointe en annexe, accompagnée du courriel de Madame Virau, en date du 3 décembre, remerciant le ministre de l’Équipement, Albert Solia, et les équipes d’intervention de la direction de l’Equipement.
 
Car, il est faux de laisser croire que le lit de la rivière, aux abords de la propriété de Madame Virau a été modifié.
 
Nous tenons à la disposition des journalistes, les différentes photos aériennes de la rivière, sur ces 20 dernières années, montrant bien que le lit de la rivière n’a pas été modifié.
 
Il aurait été de bon aloi à ce que ces derniers, en se rapprochant tout simplement des services du Pays, puissent préciser dans leurs articles et émissions que :
 
  1. Madame Virau a fait construire un mur dans le lit même de la rivière, sans donc aucune autorisation, car en infraction de la réglementation en la matière qui oblige à laisser une servitude de curage de 5 mètres de large sur les berges, permettant ainsi le passage des engins des services de l’Equipement, pour les nécessités des travaux d’entretien et de sécurisation des berges ;
  2. Qu’une grande partie de la maison de Madame Virau, a priori celle donc qui a subi les affres de la rivière en crue, se situait en zone PPR (Plan de Prévention des Risques) rouge inondation, et donc à ce titre, inconstructible. Cf. carte jointe.
 
S’il convient d’être solidaire de nos concitoyens qui sont encore aujourd’hui dans la détresse, après avoir subi les intempéries du 12 décembre dernier, il faut l’être de façon sensée et concrète et non en polémiquant de façon stérile.
 
Etre solidaires avec nos concitoyens, c’est leur apporter des actions et solutions concrètes et pérennes par :
 
  1. le nettoyage des maisons et des terrains,
 
  1. la remise en état des routes, des ponts et des voies d’accès,
 
  1. l’accès à l’eau, l’électricité et le téléphone,
 
  1. des aides en matériaux pour la reconstruction de leurs habitations,
 
  1. des aides financières afin que les familles puissent rééquiper leurs maisons et rééquiper leurs enfants en fourniture scolaire
 
C’est exactement ce à quoi le gouvernement s’emploie, après avoir débloqué des fonds exceptionnels d’importance et mobilisé sur le terrain près d’une centaine d’agents des services du Pays et des entreprises de travaux sous-traitantes depuis 15 jours.
 
Le Président, qui est actuellement sur les sites, accompagné des ministres de l’Equipement et du Logement, en présence des Tavana, réaffirmera cela à la population de Hitiaa, Papenoo, Tiarei et Mahaena.
 
Il rappellera aussi à tous, cette obligation du respect de la réglementation telle que définie par les Plans de Prévention des Risques.
 
Ceux-ci ont trop souvent été traités à la légère ces dernières années, avec les conséquences que nous connaissons aujourd’hui. La mise en place des PPR date en effet d’une délibération de l’APF de février 2001."


(Communiqué de la présidence de la Polynésie française)

Pour relire notre article sur la sinistrée, cliquez ICI
 

Courriel de Corina Virau en date du 3 décembre








Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 19:01 Disparition inquiétante d'une jeune fille de 15 ans

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard