FAITS DIVERS

Sept et six ans de prison pour les cerveaux de la "Paka Connection"


Mercredi 12 Avril 2017 à 17:52 | Lu 7070 fois

JUSTICE - Le procès du vaste trafic de paka entre la Presqu’île et les îles Sous-le-vent s’est clôt ce mercredi après midi. L'homme à la tête du réseau de la Presqu’île, déjà détenu à Nuutania, a écopé de sept ans de prison ferme et de dix millions d'amende, son alter égo des îles-Sous-Le-Vent, s'est vu condamné à six ans de prison ferme avec mandat de dépôt et cinq millions d'amende.


Crédit photo: DR
Crédit photo: DR
Les dix huit autres prévenus se sont vus condamnés à des peines qui s'échelonnent entre cinq et un an de prison, certains bénéficiant de sursis ou d'aménagement de peine. Sur les vingt prévenus, onze ont écopé d'un mandat de dépôt, et parmi ceux qui ont eu des peines de moins de deux ans de prison ferme, tous possédaient un casier judiciaire vierge. Des primo délinquants.

Par le verdict prononcé, les juges ont suivi dans l'ensemble les réquisitions du procureur qui, ce matin, avait requis des peines allant de sept ans et 30 millions d'amende pour le cerveau du réseau de la Presqu'île. Six ans et 20 millions d'amende pour celui des Iles-Sous-Le-Vent et de deux à quatre ans pour les subalternes. Des réquisitions qui ont surpris les avocats.

Pour Me Gilles Jourdainne, avocat d'un prévenu, par ces réquisitions, "La justice a voulu montrer la sévérité qui peut résulter à se livrer au trafic de stupéfiants. (...) Je peux comprendre que les réquisitions soient sévères à titre d'exemple, mais j'ose espérer que le tribunal entendra les arguments de la défense pour ramener ces peines à de plus juste proportion.". Le tribunal n'a pas été sensible aux plaidoiries des hommes en noir.

Pour Me Smain Benouar qui représentait un prévenu, les mandats de dépôt réclamés lors des réquisitions, ne va pas marquer les esprits. L'incarcération immédiate risque d'être perçue comme une forme d'encouragement. Et de s'expliquer. "Dans l'affaire qui nous occupe, si l'on ordonne l'incarcération, les personnes se tiendront le raisonnement, que quitte à être détenu, ils auraient peut être du trafiquer ou consommer plus."

Pour l'avocat, si son client avait été seul à la barre, jamais de telles réquisitions n'auraient été demandées, et jamais on aurait réclamé son incarcération immédiate.

Dans l'après midi, le verdict est tombé, et les avocats ont accusé le coup. Seul avocat à s'exprimer après le rendu du verdict, Me Hina Lavoy qui défendait trois prévenus.

Elle estime que les peines prononcées sont très sévères, d'autant que certains des prévenus n'avaient jamais fait de prison et leur casier judicaire, exempt de condamnations.  "Les réquisitions de ce matin étaient déjà très sévères, et on ne pensait pas que le tribunal suivrait ces réquisitions. Pour 90% des cas, ils ont suivi les réquisitions."

Ce qui étonne le plus Me Hina Lavoy, c'est que des primo délinquants, se voient condamnés à des peines de deux ans de prison. "Des sanctions très sévères, alors que le dossier en lui même ne contenait pas des faits exceptionnels". Pour l'avocate, le tribunal s'est basé sur les dires des uns et des autres, "Sans s'appuyer sur de vraies preuves."

Pour elle, par les peines prononcées, la justice a voulu marquer les esprits par rapport au trafic de paka."Ces derniers temps on entend surtout parler d'ice, de gros trafic d'ice et beaucoup moins de paka, et là, ils ont voulu marquer les esprits en faisant comprendre que paka, ice, c'était pareil, et que la justice sera très ferme."
 
Rédaction web avec Esther Parau-Cordette et Sam Teinaore






SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017