FAITS DIVERS

Saisie d’1,4 tonne de cocaïne : « j’ai tenté un coup et j’ai perdu »


Mercredi 25 Janvier 2017 à 18:48 | Lu 15893 fois

DROGUE - L’un des deux hommes interpellés lundi à la marina d’Arue, sur un catamaran transportant 809 kilos de cocaïne, a avoué en garde à vue son implication dans le trafic. Ce ressortissant français a déclaré, en substance, aux enquêteurs : « J’ai tenté le coup et j’ai perdu ». Au total, 1438 kilos de cocaïne ont été saisis sur deux voiliers en moins d’une semaine, a annoncé mercredi le procureur de la République Hervé Leroy.


Le représentant du parquet s’est exprimé sur ces deux saisies qui, bien qu’il n’en ait pas fait état, seraient liées.

Hervé Leroy s’est félicité d’une « prise sans précédent dans le Pacifique Sud » tout en ajoutant que la Polynésie était « désormais identifiée comme une route maritime de transit pour les trafiquants de stupéfiants qui, manifestement, destinent leur cargaison » à la Nouvelle-Zélande et l’Australie.

Sur le premier voilier intercepté jeudi au large des Marquises par le Prairial, 626 kilos de drogue ont été découverts. Deux ressortissants espagnols étaient à bord. Ils ont été présentés mercredi au juge des libertés et de la détention au tribunal de Papeete, qui a décidé de les écrouer.

Lundi, ce sont les douaniers qui se sont invités à bord d’un catamaran au mouillage à la marina d’Arue. A bord de celui-ci, baptisé « Mojito », ils ont mis au jour 809 kilos de cocaïne. Un Français et un Panaméen ont été arrêtés.

Ils sont actuellement en garde à vue à la section des recherches de la gendarmerie. Le premier, âgé d’une cinquantaine d’années, a déclaré avoir tenté « un coup » qui a échoué grâce à l’intervention des agents des douanes.

Selon nos informations, ces deux saisies pourraient également être liées à une troisième effectuée en février 2016 au large de l’archipel des Gambier : 680 kilos de cocaïne avaient été découverts, déjà par les hommes du Prairial,  à bord d’un voilier battant pavillon panaméen.

Les quatre mis en cause devraient être transférés dans les jours à venir en métropole, la juridiction interrégionale spécialisée de Paris s’étant saisie de l’affaire.

Les faits qui leurs sont reprochés sont « constitutifs d’importation de produits stupéfiants en bande organisée » et « d’association de malfaiteurs », chefs passible de 30 ans de prison et d’environ 900 millions Fcfp d’amende, a précisé le procureur de la République.

« L’opération est la parfaite illustration de la contribution de la France à la lutte contre les trafics internationaux de stupéfiants dans le Pacifique », a conclu Hervé Leroy.
 
J-B. C.
 






SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017