FAITS DIVERS

Quinze ans de réclusion pour avoir mortellement frappé sa compagne


Mardi 30 Mai 2017 à 18:38 | Lu 4089 fois

JUSTICE - Au chapitre justice, le premier procès d’une nouvelle session de la cour d’assises s’est ouvert, lundi matin, au palais de justice de Papeete. Sur le banc des accusés : Tamatea B. Un homme de 42 ans accusé d’avoir causé la mort de sa compagne après l’avoir roué de coups. Il a été requis contre lui la peine maximale, à savoir vingt années d'emprisonnement. Il a finalement été condamné à 15 ans de prison.


Crédit photo: TNTV
Crédit photo: TNTV
C’est encore un drame conjugal sur fond d’alcoolisation massive qu’ont à juger les jurés. Une sordide affaire qui s’est soldée par la mort de Mihimana, une jeune mère de 21 ans. Dans la nuit du 25 au 26 juin 2015, la jeune femme avait violement été battue par son concubin. Un homme qui partageait sa vie depuis un peu plus d’un an.

Le soir des faits, tous deux avaient passé la journée à s’enivrer de Komo chez un ami. Selon les dires de l’accusé, la victime voulait continuer à boire ce qui avait déclenché sa fureur. Il lui avait porté de multiples coups, certains à l’aide d’un morceau de bois. Le lendemain matin, Mihimana décédait.

Selon ses proches, ce n’était pas la première fois que l’homme la frappait. Ce que confirme le père de la victime, Mathias Chimin: "Quand ma fille revenait à la maison, je remarquais des traces de coups sur son visage. Plusieurs fois je lui ai dit de revenir vivre à la maison, mais elle n'est jamais revenue." Aujourd’hui, le père de la jeune femme attend des jurés la fermeté. "J'attends qu'ils lui donnent plus de dix ans, quinze ans. Il ne faut pas qu'il soit dehors dans deux ans."

Quant à son conjoint, s’il reconnait les faits, il se montre peu bavard. L’homme a l’air hagard, probablement en raison de son importante consommation d’antidépresseurs. Et il est aujourd’hui résigné.

"Il attend de savoir quelle sera la peine qui lui sera infligée pour les faits qu'il a commis, et après j'espère pour lui qu'il se construira des projets. Aujourd'hui, il est incapable de voir les choses autrement que par son incarcération et par le manque de sa concubine décédée." explique son avocate, Me Armour-Lazzari Kari Lee

L'avocat général a requis contre lui la peine maximale, à savoir vingt années d'emprisonnement. Et après avoir longuement délibéré, les jurés ont tranché, il a été condamné à 15 ans de prison.
 
Compte rendu d’audience: Jean-Baptiste Calvas







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017