SOCIÉTÉ

Punaauia : une fourrière pour les chiens errants d'ici 2017


Mardi 21 Juillet 2015 à 15:05 | Lu 543 fois

Avec le Code général des collectivités territoriales (CGCT), les communes ont l'obligation de lutter contre la divagation des animaux domestiques.


Source photo : http://www.stopauxmassacresanimaliers.fr/
Source photo : http://www.stopauxmassacresanimaliers.fr/
La première fourrière avec incinérateur de Polynésie française devrait voir le jour d'ici 2017 dans la vallée de la Punaaruu pour les communes de Punaauia et Paea. "Le projet ne date pas d'aujourd'hui. Cela fait déjà 5 ans que nous réfléchissons à mettre en place une fourrière. Au départ, nous étions 4 communes : Faa'a, Punaauia, Paea et Papara. Aujourd'hui nous ne sommes plus que deux communes dans ce projet. Dernièrement, nous avons pu obtenir du FIP (Fonds intercommunal de péréquation, NDLR) un cofinancement de l'ordre de 53 millions de Fcfp sur un projet qui va coûter 66 millions de Fcfp. 20% seront à la charge des deux communes", explique Ronald Tumahai, maire de Punaauia. 

Avec le Code général des collectivités territoriales (CGCT), les communes ont l'obligation de lutter contre la divagation des animaux domestiques. "Nous sommes obligés de mettre en place cette fourrière avec un incinérateur puisque le CGCT est applicable. Des discussions seront mises en place avec les associations. Mais nous serons obligés de les euthanasier", déclare Layana Atae, présidente du syndicat intercommunal pour la gestion de la fourrière animale (SIGFA). 
Arue et Papeete sont déjà en règle. Ces communes ont toutes deux choisi de créer des chenils.  

De nombreux animaux sont régulièrement abandonnés. Plusieurs associations tentent de leur trouver un foyer ou tout au moins de les stériliser. Mais le problème reste entier. Certains chiens errants sont mal en point, d'autres, agressifs. "Le premier objectif : c'est de pouvoir capturer les animaux à risque pour la population, et également les animaux en mauvaise santé", détaille le maire de Punaauia. 

Une fois capturés par les agents des communes de Paea et Punaauia, les animaux seront enfermés 8 jours, le temps de contacter leur éventuel propriétaire. Passé ce délai, ils seront euthanasiés, et leur cadavre incinéré. 

Rédaction Web (Interview : Thomas Chabrol)

Ronald Tumahai, maire de Punaauia


Layana Atae, présidente du SIGFA









Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 19:01 Le black tropical s'expose au Mayfly Market

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard