POLITIQUE

Projets : la ministre de l'Education réclame du temps


Mardi 1 Septembre 2015 à 11:42 | Lu 655 fois

WEB - Sur Facebook, Nicole Sanquer répond aux critiques et souligne qu'il faut du temps pour réaliser des projets.


Nicole Sanquer. Photo d'archives Tahiti Nui Télévision
Nicole Sanquer. Photo d'archives Tahiti Nui Télévision
Sur Facebook, la ministre de l'Éducation, Nicole Sanquer Fareata a publié un édito dénonçant les critiques auxquelles sont constamment exposés les membres du gouvernement. "Rien ne trouve grâce aux yeux d’une partie de notre population, toujours prompte à tirer à boulet rouge sur les actions menées par le gouvernement", écrit-elle. La ministre rappelle que le gouvernement actuel est en place depuis moins d'un an et doit "faire face à l’incurie des différentes majorités qui se sont succédées depuis plus de 10 ans maintenant."

Beaucoup de choses sont à faire dans tous les domaines, y compris celui de l'Éducation. Mais l'état des lieux est "bel est bien terminé" et de nombreux projets sont en route. "Nous posons les fondations de la société de demain avec de contrats d’objectifs, qui vont opérationnaliser sur le terrain une politique éducative plus juste et plus égalitaire. Je peux comprendre cette impatience, mais de grâce, laissez-nous du temps", demande Nicole Sanquer. 

Car du temps, il en faut pour sortir des bâtiments de terre par exemple, à l'image du collège de Teva i Uta, ou des projets de résidences universitaires. Il y a peu, plusieurs étudiants ont saisi le médiateur de la Polynésie, Teiva Manutahi, afin de comprendre pourquoi ils n'ont pas pu bénéficier d'un logement. Le Pays a depuis décidé de relancer les projets de construction. 
"Les nouveaux bâtiments qui doivent accueillir les logements universitaires sur Outumaoro ne sortiront pas avant 2 ans. Des études doivent démarrer pour un projet de 83 chambres universitaires évalué à 769 millions sur un terrain qui fait l’objet de revendications foncières et en partie squatté.
Insuffisant sûrement, puisque nous enregistrons pour cette année 435 demandes pour 228 places. Le site d’Outumaoro étant saturé, les extensions futures devront se faire sur d’autres lieux. Ce problème de logement est une préoccupation de notre gouvernement et nous examinons plusieurs options"
, annonce Nicole Sanquer. 

La ministre rappelle enfin que les étudiants boursiers "peuvent également bénéficier d’une aide au logement allouée par l’Etat et qui permet chaque année à environ 240 étudiants de bénéficier d’une prise en charge partielle de leur loyer".
"Du temps et un peu d’indulgence, c’est tout ce que je demande pour mener les réformes que nous souhaitons tous", termine-t-elle.








Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 14:32 Trois candidatures confirmées et une inconnue

Jeudi 1 Décembre 2016 - 17:25 Le budget 2017 adopté par 33 voix pour

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard