SOCIÉTÉ

Procès contre des journalistes du Monde : délibéré le 19 mai


Mardi 17 Mars 2015 à 16:49 | Lu 290 fois

Justice. L'ancien président du Pays avait engagé un procès en diffamation


En mars 2013, après la publication d'un article sur l'enquête concernant la disparition de Jean-Pascal Couraud (JPK), Gaston Flosse avait engagé une procédure en justice pour diffamation. Les journalistes visés, grand reporters du journal Le Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, sont également les auteurs du livre "L'homme qui voulut être roi". 

Début janvier, le procès a été renvoyé au 17 mars. Ce mardi, les avocats de deux parties se sont donc de nouveau retrouvés au tribunal de Papeete. Pour Me François Saint-Pierre, avocat des journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme ont enquêté pendant des années "avec le plus grand sérieux" et les articles qu'ont publié les journalistes dans Le Monde, "n'ont pas d'autre but qu'informer la société de la façon dont fonctionnaient les institutions polynésiennes à l'époque de M. Flosse". L'avocat met en avant la liberté de la presse, insistant sur le fait que les journalistes du Monde "remplissent leur fonction avec tout le sérieux qu'il faut". Me Saint-Pierre a demandé la relaxe de ses clients qui selon lui n'ont eu aucun propos diffamatoire à l'égard de l'ancien président du Pays. 


 

Pour Me Quinquis, au contraire, Gaston Flosse est "ciblé" dans le texte des journalistes. L'avocat reproche également à Gérard Davet et Fabrice Lhomme d'avoir mentionné des pressions de Gaston Flosse sur certaines personnes. "Le simple fait de dire d'un président du Pays que celui-ci peut exercer des représailles à l'encontre d'un ressortissant local est, bien évidemment, en soit seul, diffamatoire, sans aller plus loin", déclare Me Quinquis. 
L'avocat de l'ancien président réagit également à l'argument de Me Saint-Pierre sur la liberté de la presse. Son client et lui y seraient "bien évidemment" attachés. "Par contre, nous sommes aussi attachés à veiller à ce que la liberté de la presse ne dégénère pas en abus", ajoute-t-il. "Et c'est précisément parce que nous estimons qu'il ne faut pas confondre liberté de la presse et liberté de salir, que nous avons déposer plainte à l'encontre de ses journalistes qui n'en sont pas à leur coup d'essai", déclare l'avocat qui estime que son client et lui ont été "patients" et "n'ont pas réagi lors des premières attaques scélérates" dont ils ont été l'objet...


Le délibéré est attendu le 19 mai. 
 






Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 17:47 200 athlètes marquisiens privés des jeux inter-iles

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard