SOCIÉTÉ

Procédure d'alerte : quelles étapes ? A quoi correspondent les sirènes ?


Mardi 13 Octobre 2015 à 16:32 | Lu 1225 fois

URGENCE - Le déclenchement des sirènes est la dernière étape d'une procédure d'alerte. La sonnerie de ce mardi, due à une erreur technique, a tout de même inquiété une bonne partie de la population. Pourtant, elle ne signifiait pas une demande de mise à l'abris, mais une fin d'alerte. Explications :


Archives cyclone PAM à Kiribati
Archives cyclone PAM à Kiribati
Vent de panique ce mardi matin. Les sirènes d'alerte ont retenti à Tahiti, mais aussi dans les îles, réveillant certains en sursaut. Finalement, un message du haut-commissariat a rassuré la population : pas de danger, mais un simple problème technique. "Il y a eu quelques sirènes qui se sont déclenchées de manière intempestive. Nous sommes en train d'essayer de comprendre ce qui a fait que les sirènes se sont déclenchées", a déclaré Frédéric Tournay, directeur de la défense et de la protection civile, ce mardi matin au micro de Tahiti Nui Télévision. 

Le responsable rappelle que le déclenchement des sirènes est la dernière étape de la procédure d'alerte de la population. "Ça se fait en principalement deux phases : la première phase, on alerte les autorités locales que sont les maires, le pays, en disant qu'un événement va arriver. Ça peut être dans le cadre du plan tsunami ou dans le cadre du plan cyclone par exemple. Les autorités locales sont prévenues en amont pour qu'elles puissent avoir le temps de mettre en oeuvre les refuges et les locaux prévus pour l'accueil de la population. Après, nous utilisons principalement et prioritairement les médias pour pouvoir faire passer le message à la population. (...) Jamais un déclenchement de sirène ne va être mis en oeuvre sans en avertir en amont les autorités locales", souligne le lieutenant-colonel Frédéric Tournay. 

Attention également au type de sirène. Celle de ce mardi n'était pas une sonnerie de mise à l'abris, mais un signal de fin d'alerte... "Vous avez soi une seule sonnerie comme celle de ce matin, c'est une sonnerie longue. C'est le signal de fin d'alerte. Par contre quand vous avez plusieurs sonneries modulées, ça c'est le début d'une demande de mise à l'abri des populations : c'est le déclenchement d'alerte. Là en l'occurrence ce matin, c'était un signal de fin d'alerte", explique le directeur de la défense et de la protection civile. 

Rédaction Web (Interview : Sam Teinaore / Matahi Tutavae)

Frédéric Tournay, directeur de la défense et de la protection civile








Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 17:32 L'hôpital du Taaone aura bientôt une chapelle

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard