POLITIQUE

Première rencontre entre Emmanuel Macron et Donald Trump


Jeudi 25 Mai 2017 à 10:38 | Lu 4849 fois

POLITIQUE - C'est par la virile poignée de main de Donald Trump et un baptême à l'OTAN qu'Emmanuel Macron a fait jeudi son entrée parmi les grands de ce monde à Bruxelles... même si le nouveau président français est loin d'être un novice sur la scène internationale.


Crédit photo : Mandel  Ngan / AFP
Crédit photo : Mandel Ngan / AFP
En rencontrant Donald Trump, Emmanuel Macron fait ses premiers pas sur la scène diplomatique mondiale. Le président américain a semblé tester son jeune collègue, de plus de 30 ans son cadet. Il lui a donné une poignée de main aux allures de bras de fer à laquelle Emmanuel Macron a semblé résister, figé dans son fauteuil, un sourire légèrement crispé sur les lèvres.

Donald Trump a célébré la "formidable victoire" électorale du Français, ces deux dirigeants ayant en commun d'avoir été des outsiders dans leurs courses respectives à la présidence.

"Vous étiez mon homme !", a-t-il même lancé pendant leur déjeuner à l'ambassade des Etats-Unis à Bruxelles, affirmant qu'en dépit de ce qu'avaient rapporté les médias, il n'avait pas soutenu la candidate du Front national Marine Le Pen. 

L'incertitude sur les intentions américaines à l'égard de l'accord de Paris sur le climat constituait cependant le plat de résistance de ce repas. Et sur ce point, le message d'Emmanuel Macron à son homologue américain, toujours hésitant, a tenu en quelques mots : pas de "décision précipitée".

Autre moment fort de la journée du nouveau chef de l'Etat français : une rencontre avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Rompant avec la discrétion observée par son prédécesseur François Hollande à l'étranger sur la question des Droits de l'Homme, l'Elysée a fait savoir qu'Emmanuel Macron était "intervenu en faveur" d'un photojournaliste français, Mathias Depardon, détenu depuis une quinzaine de jours en Turquie.

En réponse, a ajouté la présidence française, l'homme fort d'Ankara a affirmé qu'il examinerait "rapidement (la) situation" du jeune homme en grève de la faim pour protester contre sa détention.

Dans la foulée, Emmanuel Macron partira vendredi pour le G7 de Taormina. Puis il recevra lundi le président russe dans le cadre très royal du château de Versailles, près de Paris, un autre test diplomatique majeur, avant le G20 de Hambourg début juillet.
 
AFP







Dans la même rubrique :
< >

Lundi 20 Novembre 2017 - 11:03 Les maires polynésiens veulent se faire entendre

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017