POLITIQUE

Pourquoi aucune investiture du mouvement En Marche en Polynésie ?


Mercredi 17 Mai 2017 à 19:32 | Lu 5688 fois

LEGISLATIVES - Il n’y aura aucun candidat investi par le parti du président Macron sur les 27 se présentant au scrutin des 3 et 17 juin au fenua. Cela pourrait changer entre les deux tours…


Le mouvement du nouveau président n'a pour l'instant donné aucune investiture en Polynésie pour les législatives. (Photo AFP)
Le mouvement du nouveau président n'a pour l'instant donné aucune investiture en Polynésie pour les législatives. (Photo AFP)
Sur la liste provisoire des candidats officialisée par le haut-commissariat une seule candidate, Tepuaraurii Teriitahi, est siglée En Marche. Mais en fait il n’en est rien. « Nous avons demandé cette investiture, explique la conseillère municipale de Paea, mais nous n’avons jamais eu de réponse. C’est le haussariat qui a pris l’initiative en raison de la prise de position de Jaquie Graffe pendant la présidentielle». Et, selon le dernier communiqué du mouvement d’Emmanuel Macron, aucun candidat polynésien n’aura la précieuse appellation. Au comité local En Marche on confirme cette bizarrerie : « La commission d’investiture est souveraine et a décidé de n’en donner aucune en Polynésie et nous n’avons pas eu d’explications». L’antenne locale affirme même que le mouvement de Macron ne leur a pas demandé leur avis. Selon eux, trois candidats ont fait une demande d’investiture de leur côté : Tauhiti Nena dans la première,  Tepuaraurii Teriitahi dans la deuxième et Corinne Atger dans la troisième. En vain.

Nena partira donc sous les seules couleurs de son parti Tau Hoturau, Atger sera sans étiquette, tout comme Teriitahi la candidate soutenue par Jacquie Graffe et qui a valu au maire de Paea sa suspension du Tapura.

Selon les référents locaux du mouvement de Macron l’explication à cette absence d’investiture est à chercher dans le voyage parisien d’Edouard Fritch. « Le mouvement En Marche ici est émergeant. A Paris ils veulent préserver les chances de travailler avec le gouvernement local et Edouard Fritch est allé les voir à Paris pour leur demander d’attendre l’entre-deux tours avant de se positionner ». Pourtant en février, le même Edouard Fritch était revenu de Paris avec l’investiture des Républicains pour les trois candidats du Tapura. Mais là-aussi les choses évoluent : sur le site Internet des Républicains, pour les trois circonscriptions de Polynésie on trouve une mystérieuse mention « réservée »…
 
Bertrand Parent







Dans la même rubrique :
< >

Lundi 20 Novembre 2017 - 11:03 Les maires polynésiens veulent se faire entendre

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017