CULTURE

Pointe Tata'a : une trentaine d'associations réclament le classement du site


Dimanche 18 Décembre 2016 à 17:50 | Lu 2725 fois

PATRIMOINE - Elle lutte depuis des décennies pour protéger cette pointe : l'association culturelle Rohotu no'ano'a de Faa'a milite pour que le site soit reconnu comme faisant partie intégrante du patrimoine immatériel du fenua. Elle co-signe un courrier à l'adresse d'Edouard Fritch


Considérée comme le point d'envol des âmes, la pointe Tata'a se trouve sur un terrain privé, à cheval sur Faa'a et Punaauia.
Son classement n'est pas évident... si cette pointe relève du patrimoine immatériel, aucune structure ancienne ne laisse deviner son aspect sacré.

L'association Rohotu no'ano'a souhaite sensibiliser la population à l'histoire de ce lieu, et demande aux autorités de classer Tata'a.  Elle espère ainsi raviver mémoire collective,  et rappeler que toutes les îles Polynésiennes ont un point d'envol des âmes. 
"On a déjà fait un courrier. Ce site est déjà sur la liste des sites à classer", explique Moeata Galenon, trésorière de l'association. "Ça a été voté à l'unanimité. Rien n'empêche ce classement. L'association est inquiète parce-que ce site appartient à quelqu'un. Logiquement, le propriétaire peut faire ce qu'il souhaite. On va solliciter la population pour qu'elle montre qu'il s'agit d'un site important".

Une trentaine d'associations sont venues samedi, pour s'informer sur les actions de Rohotu no'ano'a. Mais davantage sont prêtes à signer le courrier à destination du président du Pays. 

Pierrot Faraire est venu soutenir cette démarche : "Je pense que cela existe partout dans les îles. Ce lieu se trouve au Nord. Maintenant, les jeunes ne connaissent pas très bien cette coutume. Il faut qu'on leur apprenne dans les écoles, à l'église... Je suis venu soutenir les associations parce-que je suis maohi, je me dois d'être là pour les aider dans leur démarche. C'est important pour notre peuple"

Les jeunes générations sont aussi au rendez-vous. Hereata est étudiante et a été interpellée par la pétition qui circule sur les réseaux sociaux : "Je pense qu'il faut préserver tous les lieux qui font partie de notre patrimoine. Il faut se lever pour la survie de notre identité, de notre culture. Tata'a, c'est un lieu qui est sacré pour nos ancêtres, et c'est notre devoir de préserver ce qui est important pour eux. J'ai vu la pétition sur les réseaux sociaux. c'est important de faire comprendre aux gens que ce n'est pas qu'une histoire d'adultes, que c'est notre avenir, et que ça nous concerne tous".

A Tahiti peu de personnes connaissent l'histoire de Tata'a, peut être parce qu'elle a été enfouie avec les nouvelles croyances. 

L'association Rohotu no'ano'a organisera un rassemblement au mois de mars et prévoit d'entourer la pointe d'une couronne végétale géante, comme cela avait fait en 2009.
 
Rédaction web avec Matahi Tutavae







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017