POLITIQUE

Plan Climat Energie de Polynésie française : Réduire les gaz à effet de serre


Mercredi 23 Septembre 2015 à 18:16 | Lu 618 fois

ENVIRONNEMENT - Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, aux côtés du Haut-Commissaire de la République, Lionel Beffre, et d’une partie du gouvernement, a assisté ce mercredi, à la Présidence, à la restitution des réflexions engagées dans le cadre du Plan Climat Energie de Polynésie française.


Crédit :    Présidence de la Polynésie française
Crédit : Présidence de la Polynésie française
Depuis la 1ère participation de la Polynésie française à la réunion des parties de la Convention Cadre des Nations Unies en 2005, de nombreuses actions ont été entreprises dans le sens de la maîtrise des enjeux énergétiques et des impacts du changement climatique en Polynésie. La signature du PACT (Polynesians Against Climate Threats), par les Dirigeants Polynésiens, en juillet dernier, est venue renforcer encore les engagements pris par les états insulaires du Pacifique, en ce sens.
 
Les autorités polynésiennes ont confirmé leur volonté de développer les énergies renouvelables et de réduire la production de gaz à effet de serre, tout en incitant et en valorisant une attitude énergique et climatique exemplaire des acteurs polynésiens. Chaque habitant du Fenua produit plus de 3 tonnes de CO2 par an. Nous sommes l'un des plus gros pollueurs du Pacifique. 
Le plan climat-énergie poursuit deux objectifs complémentaires. Tout d'abord, atténuer notre impact sur le climat. Il faut donc réduire notre consommation en énergie fossile. Le gouvernement compte réduire de 6,5% ces émissions d'ici 2020. Aujourd'hui, les transports terrestres et insulaires et la production d'électricité sont les deux principales sources de gaz à effets de serre en Polynésie. 

Edouard Fritch, le président de la Polynésie explique : "Vous savez que la Polynésie est très en avance avec les abris de survie, les centrales hybrides... avec plusieurs actions de ce type qui sont lancées en Polynésie française, mais c'est vrai que ce n'est pas suffisant. La nouvelle idée qui est développée avec l'exposé d'aujourd'hui c'est que chacun doit participer à faire des économies d'énergie, à ne plus brûler trop de CO2. Parce que nous enfin de compte, nous polynésien, qui avons l'impression d'être dans un pays non pollué, et bien nous sommes l'un des plus grand producteur de gaz carbonique au monde".

Le plan climat énergie préconise donc d'arriver à 50% d'énergies vertes d'ici 2020 avec une priorité pour le solaire, l'énergie thermique des mers et l'hydraulique.

"Il faut effectivement des moyens pour que nous puissions agir dans le sens de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Eviter au maximum possible d'utiliser les énergies fossiles et profiter de ce que la nature nous apporte : le vent, le soleil, la pluie, la mer mais aussi les poubelles. Ce que nous produisons aujourd'hui comme ordures ménagères doit pouvoir aussi demain participer à une contribution importante de la fourniture d'énergie électrique. Ce sont des pistes de recherche aujourd'hui mais je vois bien le rôle que demain doivent jouer les pouvoirs publics pour réaliser de tels objectifs." ajoute le président de la Polynésie française.

La Polynésie devra également se préparer aux évolutions climatiques. Il faudra par exemple, adapter les dispositifs de gestion de crise à la fréquence et à l'intensité des cyclones. Mais aussi envisager des déplacements de populations. C'est le deuxième objectif du plan climat énergie. Les travaux du plan climat énergie de la Polynésie seront présentés à la COP21, en décembre à PARIS.
 
Reportage de Brandy TEVERO et Mata IHORAI.

Interview de Edouard Fritch, le président de la Polynésie française








Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:10 Edouard Fritch rencontre les maires

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard