POLITIQUE

Passe d'armes à l'assemblée entre Edouard Fritch et Sandra Lévy-Agami qui réclame la démission de Nicole Bouteau


Mardi 23 Mai 2017 à 16:56 | Lu 7458 fois

GREVE - Lors des questions orales à l'assemblée de Polynésie, Sandra Manutahi-Levy Agami est intervenue sur la grève des pompiers : elle a réclamé la démission de Nicole Bouteau, la ministre du Tourisme. Ce qui lui a valu une réponse non dénuée d'humour de la part du président du Pays Edouard Fritch.


Crédit photo: TNTV
Crédit photo: TNTV
Sandra Manutahi-Levy Agami a dressé tout d'abord le bilan de la situation dans laquelle se retrouve le secteur touristique en Polynésie suite au mouvement social des pompiers de l'aéroport, "Air Tahiti Nui, Air Tahiti et tous les professionnels du tourisme se demandent comment ils vont pouvoir absorber les coûts d'exploitation et les pertes financières occasionnées par cette grève qui a pris en otage les polynésiens et les touristes". La représentante orange, interroge: "Que compte faire concrètement le gouvernement pour que cette situation ne se reproduise pas ?"

Puis, s'attaquant à Nicole Bouteau, absente lors des questions orales, elle indique avoir pris connaissance que "l'un des meneurs de cette grève n'est autre que votre époux Madame la Ministre? Il  a d’ailleurs participé jeudi 18 mai à 14h00 à la table de négociation dans les locaux d’ADT afin de soutenir le syndicat à l’origine de la grève, alors qu’il n’avait rien à y faire puisqu’il est lui-même pompier fonctionnaire depuis son intégration d’année dernière grâce à une Loi du Pays votée par votre majorité".

S'ensuit alors une attaque en règle contre la ministre du Tourisme sous la forme d'un compte rendu d'audience de justice, pour finir à la fin de sa diatribe, par réclamer au nom du Tahoeraa, la démission de la ministre.

"Compte tenu du préjudice économique, financier et sanitaire subi  par les professionnels du Tourisme,(…) Compte tenu du préjudice causé aux milliers de touristes pris en otage dans les îles (…) Compte tenu qu’en acceptant d’être Ministre du Tourisme vous vous êtes engagée, Madame la Ministre, à œuvrer avec loyauté pour protéger et développer le tourisme, (…) Compte tenu du conflit d’intérêts manifeste qui oppose la position de votre mari meneur dans cette grève qui paralyse l’industrie touristique à la mission de Ministre du Tourisme qui vous a été confiée,(…) Et compte tenu du fait que vous êtes restée muette durant toute cette semaine de blocages, nous estimons que vous avez fait passer votre position personnelle avant les intérêts du Pays, Aussi le groupe Tahoeraa Huiraatira demande votre démission, et demande au Président du Pays votre remplacement par un Ministre qui sera impartial".

Diatribe à laquelle a répondu Edouard Fritch avec une plume trempée dans l'acide enrobée d'une pointe d'humour. "Je constate au travers de votre question une certaine confusion d’esprit. C’est vrai que depuis que vous avez soutenu Marine Le Pen en nous expliquant que ce n’était pas un soutien au Front National, nous avons du mal à suivre votre cheminement d’esprit", attaque d'emblée le président du Pays.

Poursuivant, "Vous auriez peut-être dû, avant de transmettre votre question, la soumettre pour avis à votre mari qui est un excellent fonctionnaire du Pays. Il aurait pu ainsi vous expliquer le partage des compétences entre la Polynésie française et l’Etat".

Revenant sur l'attaque personnelle faites à la ministre du Tourisme concernant son mari, "Nous avons bien compris que la motivation principale de votre question était de chercher à mettre la ministre du Tourisme en porte-à-faux au seul fait que son compagnon est responsable syndical chez les pompiers des aérodromes du Pays. C’est assez mesquin comme attitude" estime Edouard Fritch qui poursuit, "Moi, je ne suggère pas que votre mari, de par ses fonctions au sein de l’administration du Pays, vous délivrerait des informations à caractère économique, alors qu’il est tenu par un devoir de réserve. Je ne fais pas de confusion des genres, même si de temps à autres je peux avoir des doutes".

Poursuivant, "Ce que j’aurai aimé, c’est que vous-même et votre groupe, ayez pris une position publique pour condamner ces grèves et les effets économiques qu’elles engendrent. Vous qui êtes si prompt à dire que tout va mal dans notre Pays, vous êtes restés bien silencieux, peut-être parce que la situation difficile était de nature à vous satisfaire d’un point de vue politique", le président conclut, "Pour ce qui nous concerne, nous tenons à nouveau à remercier les professionnels du secteur touristique pour leur mobilisation, aux côtés du ministère du tourisme, pour atténuer au maximum les désagréments occasionnés à nos visiteurs." 
 
Rédaction  web avec communiqué

L'intégralité de la question orale de Sandra Levy-Agami








Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 15 Novembre 2017 - 17:20 Marcel Tuihani va formaliser la création de son parti

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017