POLITIQUE

Oscar Temaru : "L'accession de notre pays à sa souveraineté est une extrême urgence"


Lundi 12 Septembre 2016 à 11:34 | Lu 2771 fois

POLITIQUE - Oscar Temaru, le leader indépendantiste était l'invité de notre Grand JT, dimanche soir. Au sommaire, son point de vue sur l'intégration de la Polynésie française au forum des îles du Pacifique, ses ambitions politiques et sa candidature à l'élection présidentielle de 2017.


Crédit photo : Tahiti Nui Télévision
Crédit photo : Tahiti Nui Télévision
La Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française ont été intégrées au Forum des Îles du Pacifique en tant que membres à part entière. Pour Oscar Temaru, mi-figue mi-raisin, "nous continuerons à être une collectivité d'Etat. Nous ne sommes pas un état souverain comme tous les autres pays".

 Pour le leader indépendantiste, "tous les pays du Forum sont souverains et ont la maîtrise du développement économique de leur pays, de la politique de leur pays et du contrôle de l'immigration". Martelant, "on ne maîtrise pas et on ne contrôle pas l'immigration dans notre pays". Pour Oscar Temaru, cela veut dire que "l'emploi local n'est pas protégé".

Poursuivant "nous avons essayé lorsque nous étions aux affaires du Pays, de mettre en place une loi pour protéger l'emploi local, pour nos enfants. Savez vous qu'aujourd'hui, il y a une soixantaine de pilotes tahitiens qui sont en train de piloter des avions dans les pays arabes ! Il ne peuvent pas venir travailler ici car les places sont prises par des étrangers." Se montrant compréhensif, "je ne critique pas ces gens là. Ce n'est pas de leur faute. C'est la faiblesse des institutions de notre pays".

Reprenant son cheval de bataille, "Si nous étions un état souverain comme l'Australie et la Nouvelle-Zélande, qui ont tous deux leur compagnie aérienne, allez voir à Qantas si il y a des étrangers qui travaillent. Allez voir à Air New-Zeland. Il n'y en a pas." Avec l'intégration au Forum du Pacifique, en quelque sorte la décolonisation est en marche, "C'est ce que je souhaiterais dire au président Fritch et aux autres... Nous sommes en si bonne voie, allez jusqu'au bout. Soyons comme ces pays là."

Malgré la demande de la part des autonomistes d'avoir un peu plus d'autonomie, la barrière avec les indépendantistes reste toujours fermée. "Il y a un fossé entre ce que nous souhaitons nous, et ce que souhaitent les autonomistes". Pour Oscar Temaru, "je ne sais pas quand est-ce-que l'on va comprendre qu'il n'est pas dans l'intérêt de la France que ce pays se développe économiquement. nous avons pourtant des atouts (...). non, nous ne pourrons jamais développer économiquement ce pays tant que resterons une collectivité de l'Etat".

Quant à la course aux parrainages pour l'élection présidentielles de 2017, le chef de file du Tavini se montre optimiste indiquant que c'était en "très, très bonne voie". Reprenant le flambeau de l'indépendance, "c'est pour cela que je suis candidat à l'élection présidentielle. L'accession de notre pays à sa souveraineté est une extrême urgence (...). Il y a des entreprises allemandes, françaises et internationales, qui s'apprêtent à venir chez nous exploiter les ressources de notre océan. On ne maîtrise pas la situation (...)".

"Nous avons signé une convention (ndlr : le Tavini) avec François hollande, cette convention rappelle le droit du peuple maohi à l'autodétermination et le soutien du parti socialiste pour l'accession à l'indépendance (...) je pense que si il est réélu président, ce que je crois, il ne sera plus tenu par les critiques, il sera libre de prendre sa décision (...) et j'espère que la France sera le premier pays à nous accompagner dans l'auto-proclamation de notre pays en état souverain."

 
Rédaction Web avec Tamara Sentis

Retrouvez l'intégralité de l'interview d'Oscar Temaru par Tamara Sentis







SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard