POLITIQUE

Nucléaire : l’association 193 reste un peu sur sa faim


Lundi 22 Février 2016 à 16:48 | Lu 1057 fois

VISITE PRÉSIDENTIELLE - Le Président François Hollande a fait plusieurs annonces concernant les essais nucléaires ce lundi à la présidence de la Polynésie. Mais l'association 193 ne semble pas convaincue.


La question du nucléaire est celle sur laquelle les Polynésiens attendaient le plus du chef de l’État.
Les associations Moruroa e tatou et 193 font monter la pression depuis quelques semaines, avec des sit-in et des pétitions.
Un message entendu par François Hollande, qui reconnait solennellement la contribution des Polynésiens au statut pleinement indépendant de la France, grâce à la force de dissuasion qu’incarne la bombe atomique.
Le Président de la République évoque également le préjudice environnemental et sanitaire des essais.
 
Il propose la création d’un institut d’archives, d’informations et de documentation sur le nucléaire. Le décret d’application pour préciser la notion de risque négligeable pour certaines catégories de victimes sera modifié et le traitement des demandes d’indemnisations des victimes des essais nucléaires, revu.
 
Le montant de la dotation globale d’autonomie, ramené à 10,8 milliards de Fcfp, et l’aide de 700 millions au service d’oncologie de l’hôpital ne convainc pas les associations antinucléaires.
Elles attendent de voir comment vont s’appliquer ces annonces.
 "Ce discours, il est humainement parlant touchant… parce qu’il veut qu’on reconnaisse que la France reconnaît ce que la Polynésie a apporté. Mais concrètement, concernant cette reconnaissance, comment est-ce qu’on va la mettre en pratique ? On n’est pas au clair par rapport à la loi Morin. Ce que les associations ont réclamé, c’est de retirer les "risques négligeables". Or, il semblerait qu’il y ait un ajustement par rapport à ces risques négligeables. On attend de voir comment cet ajustement va faciliter les dossiers des travailleurs et de la population. 
Il veut rassurer, mais concrètement, qu’est-ce qui va se faire dans l’année de mandat qui lui reste ? 
On ne va pas lâcher la pression. On va essayer de savoir comment les choses vont se mettre en place, demain. 
On se lèvera toujours, et on espère que la population sera avec nous", déclare Père Augste Uebe Carlson, président de l’association 193, à l’issue du discours du chef de l’État.
 
"À part qu’il y a 700 millions pour l’hôpital, et 3 médecins… ça c’est déjà très bon pour le pays… une source d’archives pour permettre aux Polynésiens de pouvoir s’informer : pourquoi pas… Mais par rapport au projet de Hao : on a l’impression qu’on ne touche pas à la pollution réelle qu’il y a a Hao.
Apparemment, l’Etat semble s’engager pour soutenir le pays dans la ferme aquacole : maintenant, concrètement, comment ça va se passer avec tout le plutonium qui se trouve toujours à Hao. Là, il n’y a aucune indication !
Dans la loi Morin, toutes les associations espéraient qu’il y ait un retrait des "risques négligeables". 
Or aujourd’hui, le Président propose un "ajustement" qui, à son avis, pourrait faciliter les démarches d’indemnisations. 
On attend de voir concrètement en quoi ces ajustements vont faciliter la démarche d’indemnisation", ajoute, dubitatif, le militant. 
 
Laure Philiber

Père Auguste







SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard