CULTURE

Mariage de raison entre du tapa et de la soie.


Jeudi 1 Décembre 2016 à 14:56 | Lu 1134 fois

CREATION - A l’occasion de la 43e édition du salon des Marquises qui se tient depuis le 19 novembre et ce jusqu'au 4 décembre 2016, La fédération Te Tuhuka o te Henua Enana, organisatrice de l'événement a invité Isabelle Arciero Mahier, artiste plasticienne, créatrice de textiles. Avec Sarah Vaki et d'autres artisanes marquisiennes, elles ont réalisé une robe mêlant tapa et soie.


Mariage de raison entre du tapa et de la soie.
Isabelle Arciero Mahier ou Isabailes de son nom d'artiste, car "Je vole de continent en continent" est artiste plasticienne comme elle se définie. Créatrice de textile en cocons de vers à soie et d'araignées, elle est venue du Puy de Dôme à la rencontre des artisans marquisiens pour animer des ateliers de partage de matériaux bruts et des ateliers d'échanges mêlant textiles de vers à soie et tapa traditionnel. Pour l'occasion, à l'aide de Sarah Vaki et des artisanes, elle a imaginé un mariage entre la soie et le tapa.

"Ce mariage entre le tapa et la soie est né d'une rencontre. Une rencontre avec Sarah Vaki que j'ai vu au Musée du quai Branly, alors qu'elle faisait une démonstration de confection de tapa, lors d'une exposition sur les Marquises."

C'est en voyant côte à côte, tapa et soie, qu' Isabelle Arciero Mahier s'est aperçue "qu'il y avait énormément de similitudes entre les deux.  C'est ce qui m'a donné envie de faire un mariage culturel qui déboucherait sur de nouvelles créations liés aux traditions et à un savoir-faire ancestral."

Pour Sarah Vaki "Faire ce mariage de la soie et du tapa, c'est une innovation pour nous. Cela nous ouvre d'autres horizons". Trois semaines de travail, dont une entièrement consacrée à battre l'écorce de murier, de banian, d'arbre à pain. C'est le temps qu'il a fallu pour mettre en forme le tapa.

En tout huit personnes ont œuvré sur cette tenue, plus si l'on compte sculpteurs et graveurs qui ont confectionné quelques colifichets pour agrémenter la robe, tels que de l'os gravé et de la nacre.

Le but de cette réalisation. "Etre montrée, valorisée, mais surtout avoir un avenir". espère l'artiste plasticienne. La création sera présentée vendredi à partir de 9 heures à Aorai Tini Hau.
Rédaction Web avec Mata Ihorai







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 16:16 Julia Zahra prête à conquérir le public polynésien

Jeudi 8 Décembre 2016 - 16:19 Le conservatoire fait son gala

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard