SOCIÉTÉ

Marae Arahurahu : le logement du gardien détruit, la famille relogée


Mardi 12 Juillet 2016 à 14:27 | Lu 1746 fois

PAEA - Coups de pelleteuse sur l'ancienne habitation du gardien du marae Arahurahu. Depuis son décès, sa famille occupait les lieux et avait agrandi illégalement la maison de fortune. Après plusieurs années de bataille juridique, la famille a été expulsée et relogée par le Pays.


Crédit : Thomas Chabrol / Tahiti Nui Télévision
Crédit : Thomas Chabrol / Tahiti Nui Télévision
Ce mardi, le logement de l'ancien gardien du marae Arahurahu a été détruit par le Pays.
Le gardien officiel, engagé par l'Oppatti (ex-service du tourisme) s'était installé dans cette cabane. La famille a agrandi le local transformé en véritable habitation, sans avoir d'autorisation.

À la mort de son père en 2012, Janine Teipoarii a repris en charge le gardiennage du site, de manière non officielle. Elle faisait également des visites guidées du site aux touristes. 
Le service du tourisme a demandé à la famille de quitter les lieux, sans succès. Une procédure d'expulsion a finalement été entamée début janvier 2014. 

Crédit : Thomas Chabrol / Tahiti Nui Télévision
Crédit : Thomas Chabrol / Tahiti Nui Télévision
Mais ce n'est qu'aujourd'hui que l'histoire a réellement pris fin. "Aujourd'hui, il y a eu une ordonnance de jugement qui a demandé à madame Teipoarii et consoeur de quitter les lieux. Il y a eu un constat d'huissier qui a révélé la dangerosité du site et une atteinte à la santé physique des occupants", explique Bruno Jordan, chef du service du tourisme. Des arbres risquent de s'effondrer sur l'habitation, construite en matériaux peu solides. 

Janine et sa famille ont été relogés par le Pays, toujours à Paea, quartier Orofara. "On est relogés dans une des maisons que le territoire a rachetées parce qu'à l'époque il y avait la route de Te Ara Nui qui devait passer. (...) Pour cela je voudrais remercier mon tavana. Il a vraiment tapé du poing pour que je sois relogée. Et il a envoyé les gars de la mairie pour m'aider à déménager", explique Janine Teipoarii. 

Et ce mardi, l'ancienne cabane a été détruite à coups de pelleteuse. Moment intense en émotions pour la famille qui a vécu plus de 30 ans dans cette habitation de fortune. Janine ne ressent "pas de colère, pas de haine non plus. Mais surtout de la tristesse. Et beaucoup d'incompréhension. (...) Cela fait plus de 30 ans qu'on est là, depuis 1977", témoigne-t-elle au micro de Tahiti Nui télévision. 

Aucun projet n'est encore définitivement arrêté pour l'espace où se trouvait la cabane. Le parking pourrait par exemple être réaménagé. En tout cas, il n'est pas question de rendre l'accès au site culturel payant. "On verra quel type d'aménagement on peut faire. Ça pourrait être effectivement, à l'instar de pk 18, un parking paysagé. Mais pour l'instant rien n'est acté", déclare Bruno Jordan. 
Si un nouveau gardien est recherché, Janine Teipoarii pourra se proposer au "poste de guide et d'animation du site". Un emploi qui serait, cette fois-ci, officiel. 
 
Rédaction web (Interview : Thomas Chabrol)

Crédit : Thomas Chabrol / Tahiti Nui Télévision
Crédit : Thomas Chabrol / Tahiti Nui Télévision

Jeannine Teipoarii, fille de l'ancien gardien du marae


Bruno Jordan, chef du service du tourisme








Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 17:47 200 athlètes marquisiens privés des jeux inter-iles

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard