SOCIÉTÉ

Mahina : difficile de fournir de l'eau à tous les habitants


Lundi 21 Mars 2016 à 18:06 | Lu 609 fois

COMMUNE - Canalisations usées, fuites à répétition, manque d'effectif... La commune de Mahina rencontre "quelques difficultés" à fournir de l'eau à tous ses habitants.


DR
DR
Un habitant de Ahonu a contacté les médias. Une canalisation fuit depuis plusieurs mois dans ce quartier de Mahina. Conséquence : certaines habitations situées en hauteur n'ont presque plus d'eau. "En haut, chez moi, on n'a pas d'eau. Quand tout le monde se sert de l'eau, nous on n'a plus rien là haut. Pourquoi ? Parce que cette fuite est assez importante. Je demande à la mairie de venir voir la mairie de Ahonu qu'ils ont oublié pendant 4 ans", a lancé Gérard habitant excédé, au micro de Tahiti Nui Télévision.

Les problèmes d'eau ne sont pas une nouveauté à Mahina, de l'aveu même du maire. "Aujourd'hui, la commune de Mahina (...) connaît quelques difficultés. On a effectivement noté quelques fuites d'eau sur la vallée de Ahonu. Je suis passé ce (lundi) matin à la régie de l'eau pour faire le point. Ces fuites d'eau ont été prises en compte. Mais le plus important pour moi aujourd'hui, c'est de fournir en eau suffisamment le secteur de Mahinarama", explique Damas Teuira. 

Le quartier de Mahinarama subit en effet régulièrement des coupures.   "Nous avons lancé des études de localisation des fuites. Nous avons identifié des fuites importantes. Aujourd'hui, nous allons continuer nos efforts pour les réparer et pour en localiser d'autres. Nous pouvons constater que nos bassins se vident anormalement, et ça en devient inquiétant", confie le maire de la commune. 

S'il place le quartier de Mahinarama dans ses priorités, le maire assure qu'il n'oublie pas le reste de sa commune. "Je pars du principe que tout un chacun a le droit d'avoir de l'eau au robinet. Par contre ce qu'il y a à mettre en exergue, c'est qu'il y a des zones prioritaires. Aujourd'hui, la commune de Mahina ne peut pas se permettre de couper l'eau tous les soirs et de rouvrir le matin à 4 heures à ces habitants qui aujourd'hui vivent dans les hauteurs. Ce n'est pas une question de privilégier un secteur. Aujourd'hui j'ai des priorités et je dois en tenir compte. Ahonu sera réparé en temps voulu." 

Les fuites se multiplient, en grande partie parce que le réseau est vieillissant. Les canalisations auraient environ 63 ans selon le maire. Pour tout remettre à neuf, le coût s'élèverait à "un peu plus d'un milliard" confie Damas Teuira. 
Et pour réparer, il faut également des moyens humains. "Aujourd'hui nos équipes sont en nombre insuffisant. Je suis obligé de faire appel à des prestataires pour que demain, ces problèmes de coupures d'eau fassent partie du passé", déclare le maire au micro de Tahiti Nui Télévision. 

Autre souci, selon Damas Teuira : quelques plaisantins s'amuseraient à fermer les vannes. "J'ai tourné hier soir (dimanche, NDLR) avec les équipes jusqu'à très tard dans la nuit pour vérifier s'il y avait des fuites sur les réseaux. On n'a pas pu en identifier. Par contre, il m'a été rapporté que certains individus s'amuseraient à fermer des vannes. Je mets en garde ces individus (...) C'est quelque chose qui est assez grave et je n'hésiterai pas à user de mon pouvoir pour sanctionner ces personnes", avertit Damas Teuira. 
 

Rédaction Web (Interviews : Maite Mai)







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard