SOCIÉTÉ

Lifi : vers des tests dans les communes de Polynésie


Mercredi 27 Avril 2016 à 14:27 | Lu 1202 fois

TECHNOLOGIE - Suat Topsu, fondateur de la start-up Oledcomm, à l'origine de la technologie Lifi, est au fenua. Ce mercredi, il a fait une présentation à la Pita. Des tests vont pouvoir progressivement commencer dans les communes de Polynésie.


La 20e édition de l'assemblée générale de la Pacific Islands Telecommunication association (Pita) se poursuit sur la côte Ouest de Tahiti. Ce mercredi, Suat Topsu, fondateur de la start-up Oledcomm, a présenté la technologie Lifi, dont il est le concepteur.   Cette nouvelle technologie permet de transférer des données par le biais de la lumière. 

Le Lifi est une véritable révolution. Il permet une autre manière de communiquer, d'accéder à Internet, mais il est également écologique et économique : pour recevoir le Lifi, il faut de la lumière LED. "À  partir du moment où vous passez en LED, vous diminuez par deux, pour la même puissance d'éclairage, la consommation électrique. C'est-à-dire que vous enlevez votre ampoule, vous mettez une ampoule LED à la place, à la fin du mois, votre facture électrique est divisée par deux", assure Suat Topsu au micro de Tahiti Nui Télévision. 

Pour disposer du Lifi, il suffit d'une simple clef. "On va utiliser les LED, on va les faire clignoter (...) pour envoyer des données vers les smartphones. Et grâce à une petite clef, on va pouvoir recevoir ce signal. Très vite cette clef va entrer dans le téléphone et on utilisera la caméra. On discute avec les grands fabricants de téléphones", explique Suat Topsu. Dans un premier temps, il faudra  donc avoir la clef. Un objet qui "ne coûte vraiment pas très cher. On peut même l'offrir à la population", souligne Suat Topsu. 

En octobre dernier, l'OPT a signé un contrat d'exclusivité sur la Polynésie et une grande partie de l'Océanie, pour développer cette révolution numérique.
Ce sont les communes qui devraient bénéficier du Lifi les premières. Teva i Uta s'est déjà montrée intéressée par cette technologie. "Teva i Uta souhaite mettre des lampadaires sur tout le territoire de la commune. Mais pour une phase de démarrage, on va commencer par la mairie", déclare Roland Ho, chef de projet Lifi 'Anapa" à l'OPT. "On peut installer à la mairie une dizaine de lampadaires pour montrer aux administrés et aux agents de la mairie comment on peut utiliser le réseau de la lumière pour communiquer de la mairie vers les administrés et des administrés vers la mairie", explique Roland Ho.
Les mairies annexes de Teva i Uta devraient donc être les premières équipées. Les premiers tests devraient intervenir en septembre.
Le maire, Tearii Alpha compte utiliser une subvention de 20 millions pour changer les éclairages de Teva i Uta en LED. Du côté des particuliers, il faudra attendre 2018 pour bénéficier du Lifi.


Rédaction Web (Interviews : Esther Parau Cordette)


 

Suat Topsu, fondateur de la start up Oledcomm


Roland Ho, chef de projet Lifi à l'OPT








Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard