SOCIÉTÉ

Les sauvetages en montagne de plus en plus fréquents


Mardi 11 Avril 2017 à 18:00 | Lu 3668 fois

RANDONNEE - Le drame qui a endeuillé dimanche une association de randonneurs affecte tous les passionnés et professionnels de la discipline. L'activité connait depuis quelques années un véritable engouement, mais les spécialistes le rappellent, les vallées polynésiennes peuvent être dangereuses.


Crédit photo: TNTV
Crédit photo: TNTV
Explorer les  vallées luxuriantes de Tahiti, c'est plonger au cœur d'une nature sauvage. Et c'est justement ce que les autorités tiennent à rappeler.  Chaque sortie doit être préparée. Il est conseillé d'annoncer l'itinéraire emprunté. Car  dans les vallées encaissées où se mêlent plusieurs rivières, sous des  flancs de montagnes abruptes, des micro-climats peuvent se créer très rapidement.

Pour Frederic Tournay, directeur de la Protection civile, il y a des paramètres à ne pas négliger. "Vérifier la météo, la veille, et le matin même de son départ. ce qu'il ne faut pas oublier, c'est qu'ici, nous sommes sur des montagnes de plus de 2 000m, donc on atteint des seuils dit de haute montagne. Et ces seuils, sont propices à des précipitations importantes".

Arnaud Luccioni est guide professionnel et attristé par la tragédie de dimanche. Il milite pour que les formations  soient de plus en plus exigées, et accessibles aux associations. La sécurité doit être une priorité. "La Papenoo est une vallée avec des bassins versants importants qui peuvent drainer d'énormes quantités d'eau, et c'est la vallée la plus fréquentée de Polynésie, d'où le nombre accru de risques."

Pour ce guide, il faut prêter attention à ce que disent les habitants des vallées. "Ils vont vous conseiller ou déconseiller d'aller dans les vallées lorsque le climat leur semble mauvais. Ils connaissent les vallées et il faut tenir compte de leurs témoignages."

Pour Arnaud Luccioni, "Concernant le drame de dimanche, on est pas là pour juger. Et de toutes façons, nous n'étions pas présents. Mais en général, il y a des signes avant-coureurs qui parfois, si on les connait, peuvent éviter des drames. (...) Il y a des crues subites, une vague qui arrive et parfois même en étant vigilant, on est surpris par ce phénomène."

Chiffre inquiétant. En 2015 , les sapeurs pompiers sont intervenus à 23 reprises en  montagne : 41 fois en en 2016, c'est deux fois plus. Et depuis le début de l'année, les interventions grimpent en flèche.

"Ces interventions ont nécessité parfois l'intervention de l'hélicoptère inter administration, et là aussi, le constat est le même. En 2015 nous avons secourus douze personnes, en 2016, seize, et rien qu'en début 2017 nous en sommes à trente trois personnes", indique le directeur de la Protection civile

Le drame de dimanche aurait il pu être évité ? Une enquête est en cours. Par arrêté municipal, toute activité est interdite dans les vallées de Hitiaa o tera depuis le 31 mars. Pourtant, aucun des guides que nous avons contactés ne sont pas au courant. L'arrêté est affiché sur la porte de l'état civil à la mairie de Papenoo.

La direction de la protection civile informe aussi qu'il existe des balises de détresse, à l'instar des balises utilisées en mer.
 
Rédaction Web avec Thomas Chabrol








Dans la même rubrique :
< >

PRESIDENTIELLE | SOCIÉTÉ | CHAMPIONNAT DU MONDE DE VA'A | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Bodyboard