CULTURE

Les enfants de la science


Jeudi 13 Octobre 2016 à 16:20 | Lu 689 fois

SCIENCE - Ce jeudi s'est ouvert la Fête de la Science, dans le hall de l’Assemblée de Polynésie française. Le thème retenu cette année, est les énergies renouvelables.


Crédit photo: Tahiti Nui Télévision
Crédit photo: Tahiti Nui Télévision
Ce matin à l'assemblée, le hall était envahi par les enfants. Des primaires aux secondaires, tous se pressaient autour des stands. Des lunettes astronomiques en passant par le bateau à propulsion solaire, pas un seul stand n'échappaient au regard des scolaires. Et puis avouons le, être à la fête de la science est nettement plus agréable que de rester dans une salle de classe. D'où cet enthousiasme soudain et démesuré pour les sciences.

Parmi les ateliers, un a particulièrement retenu l'attention des enfants. Jean-Claude Teriierooiterai présentait deux projets de pirogues doubles fonctionnant pour l'une à l'énergie solaire et pour l'autre, à l'huile de coco.

Ce projet est le fait d'Okeanos Tahiti, une société spécialisée dans le transport maritime durable, qui propose des pirogues à voiles polynésiennes construites avec des matériaux modernes et propulsées via des technologies libres de combustibles fossiles.  C’est la première fois que la société présentait, à Tahiti, les maquettes de ses deux bateaux aux énergies renouvelables: le Vaka Motu (vent et l’huile de coco) et le vaka Hapua (Soleil).

"Ce sont deux  va'a, un est propulsé par des moteurs électriques alimentés par des capteurs solaires, et l'autre est propulsé par des moteurs thermiques fonctionnant à l'huile de coco et aussi par une voile".  Ces pirogues seraient totalement indépendantes du pétrole.

 

Crédit photo: DR
Crédit photo: DR
Concernant les pirogues alimentées par le solaire, ce type de transport serait idéal pour le lagon. Silencieuses et non polluantes. "Ce genre de transport intéresse le Pays" indique Jean-Claude Teriierooiterai, "C'est un transport qui permet de transporter des passagers en toute sécurité."

Prévues pour être construites en fibre de verre, ces pirogues doubles seraient insubmersibles. La vitesse de croisière de ces engins du troisième type se situerait entre 10 et 13 noeuds. "C'est suffisant, pour naviguer dans le lagon" selon Jean-Claude Teriierooiterai.

Quant aux pirogues à voiles et moteur thermique alimenté par l'huile de coco, à l'usage du transport inter-îles, celles-ci devraient atteindre des vitesses un peu plus importantes, à l'image des pirogues à voiles polynésiennes qui ont conquis le Pacifique Sud.
 
Rédaction Web avec Sam Teniaore







Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 17:53 Linh Cao, une artiste aux multiples talents

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard