FAITS DIVERS

Les auteurs du cambriolage du magasin Papeari libres


Mardi 31 Octobre 2017 à 19:22 | Lu 2848 fois

JUSTICE – Les 4 jeunes qui ont agressé, séquestré et cambriolé les propriétaires du magasin Papeari ont été condamnés à des peines de prison avec sursis, un seul devrait effectuer un temps en détention, les autres y échappent. La mère de trois des prévenus écope quant à elle de 4 ans de prison dont deux avec sursis, déjà détenue elle reste en prison.


Le 11 août 2016 un couple d’octogénaire est tiré de son sommeil par des jeunes entrés dans leur habitation pour les cambrioler. L’homme âgé de 82 ans, roué de coups, tombe inconscient. La femme elle, âgée de 78 ans est maintenue face contre son lit à l’aide d’un coussin. Le couple est ensuite bâillonné et leurs mains attachées avec des colliers de serrage en plastique. Les cambrioleurs dérobent alors la sacoche du couple qui contenait la recette de la journée soit 30.000 Fcp et 200 paquets de cigarette. Montant total du préjudice matériel 230.000 francs. Le préjudice moral lui est évalué à 2,5 millions de francs.
 
L’enquête pour retrouver les coupables durera 5 mois, ils ont retrouvé grâce à un de leurs proches qui vendait les cigarettes volées à proximité du magasin du couple d’octogénaires. Les investigations des gendarmes permettront de retracer tout le déroulement de l’opération. Tout serait parti d’une mère de famille, veuve, sans emploi et résidant dans un logement OPH. Criblée de dettes, notamment des loyers impayés évalués à 800.000 Fcp, elle reçoit un courrier de l’OPH lui demandant d'en régler une partie sous peine d’expulsion. Il lui vient alors l’idée de cambrioler le magasin dans lequel elle a l’habitude de faire ses achats.
 
Elle préparera méticuleusement son plan, et demande à ses trois fils et un de ses neveux de l’exécuter. Elle leur indiquera où est caché la sacoche contenant la caisse du magasin et quelles sont les habitudes des propriétaires qui résident à l’étage du commerce. 

La mère de famille comparaissait détenue le jour du procès, le juge des libertés et de la détention a ordonné son placement en détention provisoire pour éviter qu'elle n'influence ces enfants ou le couple d’octogénaires. Durant son audition elle a tentée d’atténuer sa participation. Elle a dit que ce sont ces enfants qui ont décidé de cambrioler le commerce pour éviter de perdre leur maison. Elle a même déclarer : « Ils ont quand même décidé de commettre ce vol. Je les ai empêchés. »
 
Une version qui ne convainc pas les juges. Le président de la cour évoque une phrase qu’elle aurait dite aux enfants lorsqu’ils ont quitté le domicile : « soyez prudents ». La mère de famille nie avoir donné ce conseil alors que tous les enfants, même la fille qui n’a pas participé au cambriolage le confirme. La mère a demandé pardon aux victimes et à lancé à la cour : « Dieu seul est témoin de ce que j’ai fait ».
 
Le procureur de la République a requis 5 ans de prison dont deux avec sursis pour les trois prévenus. La cour a été moins sévère et a condamné la mère à 4 ans de prison dont deux avec sursis, elle est maintenue en détention. Le plus âgés des frères écope d’une peine de 4 ans de prison dont deux avec sursis, ayant déjà effectué 7 mois de détention, sa peine est aménageable. Le neveu qui a joué le rôle de guetteur a été condamné à un an de prison avec sursis. Les trois personnes ont obligation de trouver du travail et d’indemniser les victimes à hauteur d’1,5 millions. Elles ont également interdiction de s’approcher du commerce ou d’entrer en contact avec les victimes. Les deux autres prévenus ont été condamnés par le tribunal pour enfant. Le premier à 6 mois de prison avec sursis avec des heures de travaux d’intérêt général, 18 mois de prison ferme et 18 mois avec sursis pour l’auteur des coups.

Sam Teinaore






SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017