SOCIÉTÉ

Les attaques de requin en Polynésie dues "à des comportements à risque"


Mardi 19 Avril 2016 à 16:56 | Lu 2202 fois

OCÉAN - Contrairement à d'autres régions, la Polynésie connait peu d'attaques de requin. L'incident des deux jeunes pêcheurs à Makemo ne doit pas créer la psychose autour des squales. Pour Marc Taquet, directeur de l'IRD, ces attaques ne sont jamais délibérées et plutôt dues à des comportements à risque.


Deux pêcheurs ont été attaqués  par un requin lundi à Makemo. Les attaques sont peu courantes en Polynésie. Pour Marc Taquet, directeur de l'Institut de recherche pour le développement (IRD), "Il n'y a pas du tout lieu de s'inquiéter. Il y a énormément de requins et d'espèces de requins en Polynésie(...) Ce ne sont pas des requins particulièrement dangereux".

Des requins pas dangereux, "sauf si on s'expose" comme en chasse sous-marine, souligne le spécialiste. C'est ce qui s'est produit à Makemo. Les pêcheurs ont voulu chasser le requin qui s'approchait de leurs poissons, et l'ont harponné au niveau de l'aileron. "Les proies du chasseur sous-marin sont les mêmes que celles du requin. À ce moment-là, le requin est excité par la présence d'une proie potentielle et peu devenir agressif, pas vis-à-vis du chasseur, il ne va pas l'attaquer, mais va essayer de capturer la proie qui est blessée, parce qu'un requin a beaucoup de mal à attraper un poisson en bonne forme", explique Marc Taquet. 

Une des raisons pour laquelle le shark feeding est très controversé. Mais pour Marc Taquet le shark feeding n'est pas un problème. La chasse sous-marine, bien que risquée, non plus. Le souci, ce sont "les comportements à risque". "Donner à manger aux requins à la main sans prendre de précaution, lancer des poissons de la surface quand on sait qu'il y a des requins dans la zone, ça fait monter des requins et là il peut y avoir des risques pour des baigneurs ou nageurs avec un masque", détaille le spécialiste. 

Une étude publiée en 2005 a recensé 54 attaques de requin avec morsures sur une vingtaine d'années en Polynésie.  Il s'agissait à chaque fois de petits requins. Aucune attaque de requins "réputés dangereux" comme le requin-tigre n'a été référencée. Les incidents se sont déroulés pour la plupart en pêche sous-marine ou lors de shark feeding. Aucun accident n'a été fatal. Selon Marc Taquet, il ne s'agissait pas d'attaques délibérées, mais bien issues de comportement à risque. "Tant qu'on n’a pas de comportement à risque, on ne craint absolument rien", déclare le directeur de l'IRD au micro de Tahiti Nui Télévision. 
 
Rédaction Web (Interview : Laure Philiber)

Marc Taquet, directeur de l'Institut de recherche pour le développement (IRD)








Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:53 Les animaux ont aussi des droits

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard