SOCIÉTÉ

Leçons particulières de sabre à Tahiti


Vendredi 15 Août 2014 à 10:00 | Lu 460 fois

IAIDO. Katsuse Yoshimitsu Kagehiro est le 15e héritier d'une école traditionnelle vieille de 400 ans.


Un grand maître du sabre japonais est à Tahiti. Katsuse Yoshimitsu Kagehiro est le 15e héritier d'une école traditionnelle vieille de 400 ans. Cet art martial appelé iaido, est pratiqué en Polynésie française par une poignée de passionnés de la culture nipponne. Pendant 3 jours ils suivent l'enseignement du maître.
Il impose le respect et l'écoute. Sur le tatami du Dojo, ces pratiquants de iaido rencontrent pour la première et certainement unique fois Katsuse Yoshimitsu Kagehiro. Le septuagénaire fait un court passage à Tahiti pour transmettre son savoir. La voie du sabre est d'abord une philosophie.
Il ne s'agit pas seulement de la technique, c'est surtout l'héritage d'un art de vivre. L’art de trancher avec le sabre en dégainant exige en effet une maîtrise physique et mentale de la part du pratiquant. L'iadio canalise favorise la concentration. La notion d’adversaire n’est pas utilisée dans la discipline car le seul adversaire à combattre est le pratiquant lui-même, comme l'explique Denis Boiral.
Aux côtés du maître, ces élèves vont étudier plusieurs techniques comme l'art de dégainer, la frappe ou le rangement du sabre dans son fourreau. Car le maniement du sabre exige une gestuelle parfaite, que tente de maîtriser Lam Nguyen.
Art martial imprégné de sagesse et de philosophie, l'iaido était un art de tuer durant le temps des samouraïs. Désormais, il permet de développe l’estime de soi et le respect des autres.

Retrouvez le dossier sur l'iaido en pièce jointe.
 

iaido.docx IAIDO.docx  (62.64 Ko)



Tags : JT français




Vos réactions

1.Posté par Bénédicte le 18/08/2014 08:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un détail oublié: entrer dans une école de iai traditionnelle, je ne parle pas du iai public le "seitei-iai", mais bien dans une école qui vient du Japon médiéval veut dire être considéré au japon comme un samurai.
Sans compter que le iaido est l'art-martial le plus élevé dans la hiérarchie des arts-martiaux.
Je n'ai pas bien compté combien de pratiquants il y avait, mais reconnus par un Maître, en plus LE Maître, confirme qu'ils sont bien des samurai.
Ils ne pourraient pas être nos interlocuteurs avec le Japon pour relancer le tourisme nippon ?
Genre délégation Polynésienne au Japon pour la promotion du fenua, ou encore par leur présence en tenue avec leur sabre pour l'accueil de personnes japonaises d'importance.
Les japonais sont très sensibles à ce genre de détails.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.

Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard