CULTURE

Le record du monde de ukulele a révélé des passions


Mardi 12 Avril 2016 à 19:31 | Lu 879 fois

MUSIQUE - Depuis le 11 avril 2015, date à laquelle les Polynésiens ont battu le record du monde de ukulele, nombre d'entre vous prenez des cours pour savoir jouer de cet instrument.


Crédit photo : Stéphane Sayeb
Crédit photo : Stéphane Sayeb
L'émotion du 11 avril à To'ata reste encore vive dans les mémoires des Polynésiens. Ils étaient 4792 à gratter leur ukulele. Record largement battu puisque les Britanniques avaient réunis "seulement" 2370 musiciens en juillet 2014.

Un an plus tard, le record du monde de ukulele a des répercussions positives puisque de nombreuses personnes se sont mises à prendre des cours comme le confirme Moana Teao, professeur de ukulele : "C'est vrai, il y a beaucoup plus de monde qui prend des cours depuis. Il y en a même qui viennent de France, du Canada et de Nouvelle-Calédonie. Ils viennent ici pour 3 mois, un mois, ils rentrent et ils reviennent. Ceux-là travaillent en France et ils viennent ici juste pour apprendre à jouer le ukulele. " Moana Teao enseigne du lundi au vendredi à plus de 200 élèves.  

Amateurs, femmes, jeunes, enfants, retraités, ils sont de plus en plus nombreux à s'y être mis. En tête, les femmes et les retraités comme le témoigne Vanina Doom, qui prend des cours depuis un an : "Je m'étais mise au ukulele avant le record du monde mais encore plus après. C'est la fierté, je suis fière d'avoir participé au record du monde que l'on a battu d'ailleurs. Aujourd'hui, je viens pratiquement tous les jours, mais le mercredi, comme on n'a pas cours, on se voit avec les copines."
 
Du côté des magasins de musique, les ventes n'ont pas beaucoup augmenté et pour cause : "Il y a beaucoup de fabricants, une centaine à peu près, ce n'est pas comme avant où il n'y en avait que 10. Aujourd'hui, c'est facile d'en avoir, même dans les îles", explique Mike Pedron, gérant d'un commerce, avant d'ajouter : "Il y a beaucoup de femmes et d'enfants, je suis étonné qu'il y ait autant de femmes et de retraités aussi. Sûrement parce que le ukulele, c'est l'instrument le plus facile à maîtriser car il n'y a que quatre fils, même si concrètement il y a huit fils, en fait c'est parce que les notes sont doublées."
 
Rédaction Web







Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 15:50 Une semaine pour se réapproprier sa culture

Samedi 3 Décembre 2016 - 11:17 L’Ile du Rêve

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard