POLITIQUE

Le procureur général dénonce les tentatives de "pression sur la justice"


Vendredi 10 Février 2017 à 16:30 | Lu 5390 fois

JUSTICE - Le procureur général près la cour d’appel, François Badie, a adressé, ce vendredi, un communiqué aux différentes rédactions pour réagir à ce qu’il considère comme des tentatives de « désinformation de l’opinion publique, voire de pression sur la justice » après les critiques visant le parquet dans des affaires impliquant les décideurs politiques locaux. .


Crédit : Tahiti Nui Télévision
Crédit : Tahiti Nui Télévision
Le haut magistrat écrit que depuis « quelques mois, et tout récemment encore à propos d’une affaire de détournement de fonds publics examinée » par la cour d’appel (comprendre le procès dit de la vaisselle de la Présidence impliquant Gaston Flosse), « la presse se fait régulièrement l’écho de critiques récurrentes contre la justice, et en particulier contre l’action du ministère public (…) dans la poursuite des infractions d’atteinte à la probité visant des personnalités politiques locales ».
 
« Il est ainsi rapporté ou sont diffusées des déclarations de proches ou d’avocats des personnes poursuivies accusant le ministère public d’acharnement, voire de volonté quasi-obsessionnelle d’éliminer de la vie publique certaines personnalités », ajoute François Badie pour qui ces propos peuvent « s’analyser comme une véritable tentative de désinformation de l’opinion publique, voire de pression sur la justice ».

Le procureur général rappelle qu’en « matière d’atteinte à la probité » de la part des élus, « une peine d’inéligibilité est souvent requise » pour écarter ces personnes qui « contribuent à la dégradation de notre démocratie en laissant supposer à nos concitoyens que tout –ou presque- leur est permis en toute impunité ».

« Retourner cette situation en faisant mine d’ignorer les comportements malhonnêtes de certains, et d’imputer les poursuites à leur encontre à un parti-pris et un acharnement personnel est un paradoxe grossier, mais qui peut être entendu par un public non averti ».

Et le procureur général de conclure : « le ministère public de Polynésie française continuera d’œuvrer avec pour seuls soucis ceux de l’intérêt général et de l’application de la loi ».
 

J-B. C. 
 
 







Dans la même rubrique :
< >

Lundi 20 Novembre 2017 - 11:03 Les maires polynésiens veulent se faire entendre

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017