POLITIQUE

Le Tahoeraa dément toute intention de déposer une motion de défiance


Vendredi 31 Octobre 2014 à 15:48 | Lu 518 fois

Démenti. Le Tahoeraa répond à une information d'une radio locale.


Le Tahoeraa dément toute intention de déposer une motion de défiance
Dans un communiqué, le Tahoeraa Huiraatira "s’insurge et apporte un démenti formel aux rumeurs véhiculées par Polynésie première radio dans son édition de midi  ce vendredi  31 octobre 2014". Selon les journalistes, le Tahoeraa Huiraatira, à l’instigation de son président, préparerait une motion de défiance contre le gouvernement d’Edouard Fritch. "Un tel scénario est issu d’esprits malfaisants", selon le Tahoeraa Huiraatira."Une telle idée n’a jamais été évoquée au sein du parti. Le Tahoeraa Huiraatira ne va pas déposer une motion de défiance contre lui-même. L’unité et la cohérence de la majorité ont été  rappelés  à  maintes  reprises,  notamment  dans  chacune  des  interventions  des  élus  du Tahoeraa Huiraatira en séance plénière hier à l’occasion du DOB (débat d'orientation budgétaire, NDLR), mais ce n’est pas ce qu’a retenu Polynésie Première radio. De la même manière, le président Edouard Fritch n’a jamais eu l’intention d’être candidat à la présidence du Tahoeraa Huiraatira contre Gaston Flosse. Là aussi, contrairement à ce qui est affirmé par Polynésie Première radio, le président n’a fait aucune déclaration dans ce sens "en interne". Il a même affirmé le contraire sur les antennes de Polynésie Première télévision à son retour de Paris. Véhiculer une telle contre vérité ne peut être motivé que par la volonté de semer le trouble, de diviser la majorité et de faire perdurer l’instabilité pour saper la relance.Le  Taheoraa  Huiraatira  et  son  président  sont  depuis  plusieurs  semaines  les  victimes d’intentions malveillantes visant à déstabiliser la majorité et à tenter de la faire imploser, en faisant croire qu’il existerait deux camps qui s’opposeraient, et que Gaston Flosse voudrait empêcher Edouard Fritch de gouverner. Si c’est  le jeu de l’opposition et que c’est son intérêt d’essayer de fragiliser la majorité, on comprend mal que certains journalistes puissent se  laisser  abuser  alors  que  leur  rôle  est  précisément  de  veiller  à  distinguer  la  rumeur  de l’information", selon le communiqué du parti orange. "Le Tahoeraa Huiraatira envisage donc de déposer plainte contre Polynésie Première, mais aussi contre Oscar Temaru auquel la radio donne la parole pour le laisser une nouvelle fois porter des graves accusations gratuites et calomnieuses contre Gaston Flosse. Le Tahoeraa Huiraatira se demande si la radio d’Etat n’est pas devenue un média d’opposition." 

Le président Edouard Fritch a également répondu aux rumeurs dans un communiqué. "Le président souhaite rappeler ce qu’il a déjà exprimé dans son discours d’hier lors du débat d’orientation budgétaire à l’assemblée : "Aux rumeurs de fractures ou de dissensions colportées de ci, de là, je répondrai par l’unité pleine et entière de notre majorité tout au long de cette session budgétaire".
 Une rumeur ne peut constituer une information à livrer au public.
 Le président a entièrement confiance dans le soutien de sa majorité à l’assemblée de la Polynésie française pour mettre en œuvre le programme sur lequel le Tahoeraa Huiraatira a été élu.
De même, il est à ranger au rayon des rumeurs sans fondement l’idée selon laquelle le président de la Polynésie française aurait annoncé se porter candidat à la succession de M. Gaston Flosse à la présidence du Tahoeraa Huiraatira lors du prochain congrès du parti.
En mai 2013, les Polynésiens ont souhaité mettre un terme à 10 ans d’instabilité en donnant une majorité confortable au Tahoeraa Huiraatira. Le président invite donc les journalistes à ne pas favoriser, par des "scoops" infondés, la création d’un climat d’incertitude qui ne peut qu’être nuisible au développement de notre pays.
L’ensemble de classe politique, et plus largement la population, s’accordent aujourd’hui sur la nécessaire stabilité politique, tant les enseignements de ces dix dernières années ont été tirés. Le président en appelle donc à la responsabilité des journalistes pour qu’ils ne viennent pas, par leurs propos invérifiés, mettre à mal cette volonté commune d’inscrire notre pays sur la voie du redressement."





Vos réactions

1.Posté par Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER le 31/10/2014 23:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Houh houh fais-moi peur... en ce 31 octobre d'Halloween où l'orange est de mise hohohohho rollstahiti@gmail.com

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard