SOCIÉTÉ

Le CFPA ou l'école de la dernière chance


Lundi 22 Août 2016 à 17:15 | Lu 3800 fois

FORMATION - Aujourd'hui, lundi, se tient au Centre de Formations Professionnelles des Adultes, de Punaruu, l'examen d'électricien d'équipement. L'occasion pour nous de rencontrer Jean-Michel Blanchemanche, Directeur général du CFPA, qui nous en dit un peu plus sur cet organisme, souvent synonyme de dernière chance pour les jeunes sans emploi.


Crédit photo : Tahiti Nui Télévision
Crédit photo : Tahiti Nui Télévision
"Au CFPA nous travaillons dans différents domaines. Bâtiment, tertiaire, tourisme et commerce. Ces formations à l'intention des sans emploi, vont de six à neuf mois entrecoupées de formations dans les entreprises d' environ de trois à six semaines. A la fin de cette formation un jury d'examen vient évaluer le savoir-faire et les connaissances des stagiaires. A la fin de l'examen, un diplôme est remis aux lauréats, diplôme reconnu par l'Etat français" explique Jean-Michel Blanchemanche.

Concernant l'examen qui se déroule en ce moment même au CFPA de Punaruu, à savoir celui d'électricien d'équipement, il y avait bon nombre de candidats à la formation. "On a eu environ 100 à 150 candidatures pour 12 places" précise le directeur. Pour sélectionner ceux qui sont aptes à suivre la formation, il faut passer par des évaluations. "C'est une sélection qui est un peu sévère. Les candidats passent des évaluations car il faut savoir compter, lire, écrire et comprendre un plan".

La formation s'est effectuée sur 34 semaines et l'examen se fait sur trois jours. Les résultats seront connus mercredi. "Pour l'instant, les élèves travaillent tous dans leur box sur le sujet de l'examen et mardi et mercredi, ils passeront quatre par quatre devant un jury qui évaluera les connaissances, et le savoir-faire des candidats". Le taux de réussite à l'épreuve est plutôt encourageant car l'année dernière, seul un élève n'a pas eu la totalité de l'examen. Mais celui-ci peut venir se représenter l'année suivante.

Sur le taux d'élèves ayant quitté le CFPA diplôme en poche, et ayant trouvé un emploi, "l'an dernier on était à 30% concernant le taux d'insertion, cette année on va essayer d'atteindre les 50% d'insertion puisque ça fait partie des trois objectifs  que je me suis donné. Un bon recrutement, une formation parfaite et pour finir l'insertion." conclut Jean-Michel Blanchemanche.
 
Rédaction Web avec  Manava Tepa







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard