SPORT

Le Brésil ouvre le bal face à la Croatie


Jeudi 12 Juin 2014 à 07:16 | Lu 131 fois

FOOTBALL. C’est à 17h00 dans l’Arena de São Paulo (10 heures du matin à Tahiti) que la coupe du monde de football de la Fifa est lancée.


Le Brésil fait face à la Croatie dans le groupe A.
Lors des différentes conférences de presse, les deux équipes se sont exprimées sur cette rencontre d’importance, et les Brésiliens sont en confiance.
"Il n'y pas vraiment de pression. L'envie de relever le défi et l'enthousiasme dépassent largement tous les obstacles que nous pourrons avoir. C'est ça notre attitude au moment d'aborder la Coupe du monde" rapporte Daniel Alves. "Nous n'avons pas remporté de trophée en 2014 mais nous avons reconquis le peuple brésilien. Mais l'heure n'est pas à l'autosatisfaction : il faut se concentrer à 100 % sur le prochain match, qui aura lieu très bientôt" a-t-il ajouté.
Pour le coordinateur du Brésil Carlos Alberto Parreira, l’aspect tactique est primordial : "Le premier objectif de la Seleção est de prendre à la gorge ses adversaires dès le coup d'envoi, une formule qui a déjà porté ses fruits. Cependant, ce n'est pas le seul recours tactique. Cela nous permet de nous imposer et de prendre l'initiative, mais la Seleção a d'autres atouts".
 
La Croatie a assuré mercredi qu'elle va tout faire pour provoquer un "miracle" face au grandissime favori brésilien, jeudi, en ouverture du Mondial-2014 à Sao Paulo.
"Je ne peux pas promettre que nous allons gagner la Coupe du monde, ni de sortir de notre groupe (A). De même, je ne peux pas promettre de battre le Brésil, mais il y a une promesse que je puisse faire : nous allons tout donner, et jusqu'au dernier atome de notre force", a assuré le capitaine Darijo Srna.
La Croatie, 18ème au classement Fifa, est conduite par des vedettes d'expérience comme Luka Modric (Real Madrid) ou encore l'attaquant Mario Mandzukic (Bayern Munich), ce dernier étant suspendu pour le match d'ouverture.
Au Mondial-2006 en Allemagne, le Brésil l'avait emporté 1-0 devant la Croatie.

***********

Le saviez-vous ?

Comme on se retrouve : Le Brésil et la Croatie se sont déjà affrontés il y a huit ans, le 13 juin 2006 à Berlin, en match d'ouverture du groupe F d'Allemagne 2006. Les Brésiliens ont longtemps souffert face à une formation très technique et ont dû se contenter d'un petit but de Kaká juste avant la pause pour faire une entrée victorieuse. Si l'effectif a été entièrement renouvelé du côté sud-américain, en revanche, dans les 23 Croates, on retrouve deux "survivants" de cette rencontre : le gardien Stipe Pletikosa et le capitaine Darijo Srna. Sans oublier naturellement Niko Kovač, 42 ans, l'homme aux 83 sélections qui, aidé par son frère Robert lui aussi présent en 2006, a remplacé Igor Štimac en octobre 2013 au moment où la Croatie était au creux de la vague. 

- A l'heure de la technologie : Pour la première fois en Coupe du monde, la technologie sur la ligne de but (GLT) sera en vigueur. Le système GoalControl-4D est équipé de 14 caméras à grande vitesse situées autour du terrain, sept caméras étant pointées sur chaque but. Un logiciel de détection spécial permettra de déterminer si le ballon a complètement franchi la ligne de but. Instantanément, l'unité centrale de traitement envoie un signal radio crypté à la montre de l'arbitre en moins d'une seconde pour indiquer un but sous la forme d'une vibration et d'un signal visuel.

- Le suspendu :
Mario Mandžukić (CRO), attaquant du Bayern Munich. 48 sélections (13 buts)

- Ce jour-là :
Le 12 juin 1938, en quart de finale de France 1938, le Brésil, malgré un but de Leonidas et 30 minutes de prolongation, ne peut venir à bout de la Tchécoslovaquie (1:1). Qu'à cela ne tienne, on remet cela 48 heures plus tard, toujours à Bordeaux, et cette fois le Brésil réussit à faire la différence (2:1) en seconde mi-temps grâce à l'incontournable Leonidas et Roberto, après avoir été mené 0:1 à la pause. Mais deux jours plus tard, la Seleçao, qui cette fois avait laissé Leonidas au repos en prévision de la finale, payait cette débauche d'efforts en s'inclinant 1:2 contre l'Italie en demi-finale. Ce marathon footballistique de 300 minutes en quatre jours reste un record à battre.






Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:26 Des coups sous contrôle

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard