POLITIQUE

La rocambolesque histoire de la vraie-fausse "redésinscription"


Mercredi 5 Octobre 2016 à 16:12 | Lu 3078 fois

DIPLOMATIE - La désinscription de la Polynésie française a été évoquée mardi aux Nations-Unies. Mais était-ce bien prévu, et qui la souhaite vraiment ? L'UPLD suggère que le représentant de la Papouasie Nouvelle Guinée en a parlé... sans que ce soit prévu.


La question de la désinscription de la Polynésie française sur la liste des Territoires non-autonomes à décoloniser a été l'un des points majeurs évoqués mardi lors de la quatrième commission. Et pourtant, Edouard Fritch n'en avait pas parlé dans son discours. 

C'est le représentant de la Papouasie Nouvelle Guinée qui a posé cette question, en précisant qu'Edouard Fritch en avait parlé... Moetai Brotherson suppose donc que la désinscription était à l'origine prévue dans le discours du Président, et que le Papou, réputé proche des autonomistes, devait enfoncer le clou. 

Mais, selon l'UPLD, la demande de désinscription a été retirée du discours sans que la Papouasie ne le sache. Il est vrai que le Papou semblait peu concentré mardi, puisqu'il a posé sa question à Edouard Fritch après le discours d'Oscar Temaru, contrairement à l'usage.

Edouard Fritch s'est déjà envolé pour Paris. Son entourage a assuré que le discours avait très peu varié en amont de la réunion, et que le Président ne s'attendait pas à ce qu'on lui pose des questions, puisque c'est très rare devant la quatrième commission. 

Cependant, en réponse à la Papouasie,  le compte-rendu de séance publié par l'ONU assure que le Président a bien demandé la désinscription : "Répondant aux questions des délégations, M. FRITCH, Président du Gouvernement de la Polynésie, a expliqué la volonté du Gouvernement polynésien d’être retiré de la liste des territoires non autonomes à décoloniser"
"Ce compte-rendu n'est pas fidèle à la réalité" a assuré Jérôme Jannot, conseiller auprès du Président. Et effectivement, dans la réponse d'Edouard Fritch, que nous avons réécoutée, il regrette la réinscription, mais ne demande pas la désinscription.

Il a bien évoqué ce souhait d'être désinscrit avec le Papou, mais lors d'un entretien, la veille de la réunion de la quatrième commission. Jérôme Jannot assure toutefois qu'Edouard Fritch n'est "pas venu pour la désinscription". Selon lui, "Moetai Brotherson fait de l'intoxication".

Les pays membres des Nations-Unies ont jusqu'à jeudi, midi, pour déposer des amendements au projet de résolution. De source diplomatique, la France souhaiterait retirer du texte les allusions au nucléaire et aux ressources naturelles de la Polynésie, sans que cela ait pu nous être confirmé par l'ambassade de France, qui n'a jamais souhaité s'exprimer sur la question. 

Même si Edouard Fritch désapprouve le contenu du projet de résolution, son entourage a assuré qu'il ne faisait "pas de lobbying" pour la modifier.

L'UPLD non plus. Il est vrai que le projet de texte a largement été inspiré par Richard Tuheiava.

Oscar Temaru devait s'envoler demain pour les Antilles via Miami, afin de recueillir des parrainages en vue de la Présidentielle. Mais tous les vols pour Miami sont pour le moment annulés, à cause de l'ouragan Matthew.
 
De notre correspondant à New York, Mike Leyral






SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard