SOCIÉTÉ

La Polynésie fait figure de bon élève à Paris


Mercredi 12 Juillet 2017 à 11:16 | Lu 2363 fois

ENVIRONNEMENT - Le ministre de l’Environnement et de l’énergie, Heremoana Maamaatuaiahutapu, s’est entretenu, mardi à Paris, avec deux conseillers de Nicolas Hulot, ministre d’Etat, ministre de la transition écologique et solidaire.


Heremoana Maamaatuaiahutapu souhaite revisité la convention cadre environnement début 2018, ainsi qu’une demande d’assistance technique pour renforcer la gestion des installations classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE).

Après une présentation des actions environnementales, des innovations et des résultats de la politique du ministère, le cabinet de Nicolas Hulot a constaté que la Polynésie était en avance par rapport à de nombreuses régions françaises. Le bilan des actioins sur le fenua est de taille : utilisation prochaine du Sea Water air Conditioning (SWAC), la climatisation par le froid de l'eau pour l’hôpital, une production à hauteur de 38% d’énergies vertes, la détaxe des véhicules électriques ou encore une baisse de 40% de la consommation de gaz grâce aux chauffe-eau solaires...

Une nouvelle convention cadre

Mais le gouvernement veut aller plus loin. Il souhaite qu’une nouvelle convention cadre environnement soit finalisée au premier trimestre 2018 avec l’État. L’actuelle convention date de 2009 et n’est plus adaptée.

Le ministre polynésien de l’environnement a indiqué que son cabinet avait déjà échangé à ce sujet avec le haut-commissariat. Suite à ces premiers contacts, il a notamment été établi une liste de domaines environnementaux prioritaires susceptibles de faire l’objet d’un prochain partenariat. Comme par exemple, les risques naturels et le changement climatique, les risques industriels, la biodiversité ou encore les énergies renouvelables. 

Recrutement d’un ingénieur pour les ICPE

Le ministère de l’environnement souhaite que cette nouvelle convention permette une approche plus globale et multisectorielle afin d’appréhender tous les domaines qui contribuent à la préservation de l’environnement et au développement durable.
 
Heremoana Maamaatuaiahutapu a donc sollicité l’envoi d’une mission d’expertise nationale afin de disposer d’une base de discussion commune solide, pour redéfinir le cadre de travail sur les cinq prochaines années.
 
Il a précisé que le Haut-Commissariat suggérait que cette mission d’expertise soit couplée avec celle relative au SAGE (schéma d'aménagement et de gestion de l'eau).
 
Par ailleurs, le ministre polynésien de l’environnement aimerait qu’un ingénieur sénior du corps national des inspecteurs des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE) puisse mener une mission d’assistance technique destinée à réorganiser et optimiser le fonctionnement de la cellule en charge des ICPE de la Direction de l’environnement, pendant une durée de deux ans, renouvelable une fois.
 
Rédaction web avec communiqué







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB