SOCIÉTÉ

L'avenir de la Taharu'u en question


Lundi 21 Novembre 2016 à 17:23 | Lu 1088 fois

ENVIRONNEMENT - Dans le cadre du plan d’entretien et de réhabilitation des rivières de Tahiti et Moorea, le Pays a procédé à des extractions dans la rivière de la Taharu'u à Papara et ce, au grand dam de l'association Ia Ora Taharu'u qui remet en cause la totalité des travaux. C'est demain mardi au Tribunal Administratif que se jouera l'avenir de la Taharu'u.


Crédit photo: TNTV
Crédit photo: TNTV
Pour  Ia Ora Taharu'u, le fait que les travaux aient été réalisés 4 mois avant la finalisation de l'étude d'impact sur l'environnement fait qu'ils ont du mal à croire que le projet réponde à des normes environnementales.  Mais pas seulement. "Nous dénonçons la quantité des extractions qui sont énormes par rapport à ce que la rivière peut encaisser".

Pour Maire Grandin, trésorière de l'association Ia Ora Taharu'u, là où le bât blesse, c'est que "ce projet a été présenté comme un projet de sécurisation des riverains et des berges, sauf que la deuxième tranche du projet ne sécurise pas les habitations en aval vers l'embouchure, mais consiste à l'élaboration d'un bassin dégraveur".

Si c'est un projet pour sécuriser les berges, s'interroge Maire Grandin, "pourquoi la 2eme tranche des travaux a consisté à la construction d'un bassin dégraveur dont le rôle est de bloquer les gros cailloux lors de fortes crues, et qui seront par la suite récupérés puis réutilisés".

Bassin remis en cause par l'association. "Le bassin dégraveur, est une expérience inédite de piège à gros cailloux. Le Pays a procédé  à un élargissement énorme de la rivière pour installer ce bassin et le fait de curer régulièrement la rivière provoque l'accélération de l'érosion des berges, et un recul de la plage."

"L'année dernière alors que l'on était en période cyclonique, des gens se sont fait inonder, une route s'est effondrée, et tout cela en rapport direct avec la façon dont les travaux ont été effectués." poursuit remontée Maire Grandin.

Au niveau judiciaire, si en avril, le juge des référés avait rejeté la requête de Ia Ora Taharu'u, qui réclamait la suspension immédiate du chantier d'entretien et de sécurisation de la rivière, l'association, revient à la charge en demandant au tribunal administratif d'annuler l'autorisation d'extraction de matériaux, d'annuler la décision du ministère de l'équipement de réaliser des aménagements sur la rivière, d'ordonner la suspension des travaux et de désigner un expert afin de déterminer les travaux de remise en état du site et de réaliser un nouveau plan d'aménagement.

Réponse demain mardi au tribunal de Papeete à 8h30, où Ia Ora Taharu'u appelle la population à se rendre en masse. "C'est important pour nous Maohi de défendre notre fenua et notre patrimoine."
 
Rédaction Web avec Oriano Tefau et Manava Tepa







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 19:01 Le black tropical s'expose au Mayfly Market

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard