SOCIÉTÉ

L'autosuffisance alimentaire : les agriculteurs veulent y croire


Vendredi 2 Octobre 2015 à 18:28 | Lu 409 fois

AGRICULTURE - L’autonomie alimentaire, n'est pas encore d'actualité en Polynésie. 80% des produits agro-alimentaires que consomme la population sont importés. Malgré tout à la foire de Motu Ovini, les agriculteurs veulent croire en l’autonomie.


Crédit : Tahiti Nui Télévision
Crédit : Tahiti Nui Télévision
A la foire agricole, c’est toute la production polynésienne vivrière et maraichère qui s’entasse sur les étals. Les agriculteurs profitent de la foire pour les écouler. Certains bradent leur production, parce qu'à Tahiti, la concurrence est rude pour les agriculteurs venus des îles.
Pierre-Antoine Rodier, agriculteur de Raiatea, explique qu'aux " iles sous le vent la plupart des agriculteurs plantent le taro, les bananes, les fei, pas vraiment les légumes parce que la concurrence à Tahiti est vraiment forte."

Les principaux concurrents des agriculteurs sont les produits importés. Il suffit de se rendre dans les grands magasins pour constater que les consommateurs remplissent leurs caddies de produits étrangers.  Mais les agriculteurs ne baissent pas les bras. Ils fondent beaucoup d’espoir sur la réouverture de la société Kai Hotu Rau, qui permettrait de mieux organiser les circuits de commercialisation.
Le développement agricole passe aussi par la mise à disposition de terrains domaniaux. Interpellé par les agriculteurs lors de sa visite, le président de l’assemblée affirme que c’est faisable.
 
Marcel Tuihani, le président de la Polynésie française déclare: " j'ai été ministre en charge des affaires foncières. Je peux vous garantir que le pays dispose d'une réserve de parcelles domaniales conséquente. Faut-il aujourd'hui les aménager notamment en termes de chemin d'accès mais également les aménager afin d'apporter de l'eau pour que les agriculteurs puissent en profiter."
 
Les agriculteurs doivent aussi faire des efforts sur le prix des produits. Le melon à 1000 francs pièce fait mal à la profession.
 Yvette Temauri explique : "ce que nous avons demandé hier soir à Kai Hotu Rau, est que la chambre d'agriculture puisse participer pour l'achat des semences mais qu'ils ne prennent pas un bénéfice sur les semences. Le prix d'achat serait aussi le prix des agriculteurs quand ils viennent acheter."

Mais consommer uniquement ce que l’on produit relève de l’utopie. Ce serait empêcher les Polynésiens de consommer des produits agro-alimentaires variés à des prix corrects. Tout juste est-il possible de gagner un peu d'autonomie alimentaire. 
 
Reportage de Esther Parau Cordette et Mata Ihorai

Interview de Marcel Tuihani, le président de l'assemblée de Polynésie française


Interview de Yvette Temauri, présidente de la Chambre de l’Agriculture et de la pêche lagonaire








Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 14:43 La Reine des Neiges truste les rayons

Samedi 3 Décembre 2016 - 13:07 Le Taaone fait son Téléthon

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard