SOCIÉTÉ

L'ONU veut instaurer une gouvernance des océans


Samedi 26 Mars 2016 à 20:11 | Lu 1024 fois

A compter de lundi commencera à l'ONU l'élaboration d'un accord sur la protection de la biodiversité des zones situées au-delà des juridictions nationales. Un projet qui vise à préserver la biodiversité dans des zones où les industriels ont presque une totale liberté de vie ou de mort sur la biodiversité.


OCÉAN - Ce futur accord vise à instaurer une gouvernance de la haute mer pour protéger sa diversité biologique, menacée par la pollution, le réchauffement climatique et l'exploration de ressources de plus en plus convoitées. Car pour l'heure, en Haute mer, "C'est le Far West", comme l'indique Julien Rochette, de l'Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI).
 
Malgré ses 320 articles, 9 annexes et 2 accords d'application, la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, qui date de 1982, "ne présente pas un mécanisme suffisant pour assurer une gestion coordonnée de la haute mer", explique-t-on de source diplomatique. "Il y a d'énormes trous dans la gouvernance des océans", renchérit Richard Page, de l'Alliance pour la haute mer, qui regroupe 32 ONG dont Greenpeace et le WWF. 
 
A partir de lundi et jusqu'au 8 avril, des négociateurs de l'ONU vont donc tenter de jeter les bases de ce nouvel accord. Le projet devrait être rédigé d'ici à fin 2017
 
Parmi les questions les plus délicates figure l'exploitation des ressources génétiques marines. "Actuellement, il n'y a aucune règle, c'est +premier arrivé, premier servi", explique Julien Rochette. Trois Etats (Etats-Unis, Allemagne, Japon) détiennent 70% des brevets déposés sur des organismes marins. Les négociateurs vont aussi discuter de l'instauration de zones marines protégées, "l'un des meilleurs outils" de protection, selon le biologiste marin Callum Roberts, de l'Université d'York Des évaluations d'impact des activités humaines sur l'environnement devrait aussi être discuté.
 
Au nom de l'équité, les pays en développement insistent sur la nécessité de transferts de technologies des pays du Nord vers ceux du Sud, pour l'exploitation des ressources et le partage des bénéfices. Une meilleure régulation est d'autant plus urgente qu'une menace pourrait se concrétiser bientôt: l'exploitation minière. 
 
 
 Rédaction web avec AFP


Tags : océan, onu, peche





Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 13:07 Le Taaone fait son Téléthon

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard