SOCIÉTÉ

Karl Brillant : "un des plus grands Festival du Film nous regarde... à nous de leur montrer! "


Mercredi 6 Mai 2015 à 17:47 | Lu 381 fois

Au large d'une vie est le premier court-métrage 100% polynésien. Il sera présenté au festival Cannes dans le cadre du Short Film. Tahiti Nui Télévision vous propose une série d'articles pour découvrir l'envers du décor de cette production locale. Des dizaines de personnes de l'équipe ne passent pas derrière la caméra. Pourtant, sans eux, la production du film serait impossible. Zoom sur ces métiers du cinéma souvent oubliés du grand public. Karl Brillant est le décorateur du film. Il nous explique son parcours :


Karl Brillant
Karl Brillant
Quel est ton rôle dans l'équipe du film "Au large d'une vie" ?
"J'ai plusieurs rôles : je m'occupe de la décoration du film, ce qui est un bon petit boulot. Selon le scénario et la volonté de la réalisatrice, je cherche en amont le décor et les accessoires adéquats que nous amenons sur le tournage que nous et installons par rapport aux différents angles de prises de vues de la caméra. Il arrive souvent de devoir bouger des décors lorsqu'on déplace la caméra. Et bien sûr, le moins évident, quand on s'en va, tout doit être comme si on était jamais venu!
J'ai aussi eu la chance (et le challenge) de jouer un rôle secondaire dans le film : "Eric", l'organisateur du Festival et amis de "Teva". C'est une chouette expérience, mais je ne suis pas convaincu que cela soit pour moi ! C'était un peu juste quelques fois de passer d'une casquette à l'autre, mais on avait une super équipe, du coup, c'était très fun!"

Comment es-tu entré dans l'équipe du film ?
J'ai travaillé sur beaucoup d'autres projets avec la productrice et la réalisatrice à plusieurs postes différents. Jusqu'à trouver celui qui était le plus dans mes cordes. Je suis artiste, j'aime bricoler et la déco, c'est parfait ! Donc quand elles m'ont proposé ce poste pour le projet de court-métrage local, j'ai accepté tout de suite. Et l'aventure a commencé !
Pour le rôle, la scénariste a judicieusement choisit des acteurs qui se reconnaitraient facilement dans ses personnages et elle m'a proposé d'incarner "Eric". J'ai réfléchi longtemps avant d'accepter, mais elle a cru en moi et je lui ai fait confiance."

Ce n'est pas ta première expérience au cinéma. Tu as également travaillé avec l'équipe internationale du film "Thérapie de couple". Peux-tu nous raconter ce que tu as pensé du tournage ?
"Thérapie de couple" était une grosse machine, très grosse machine ! Budget énorme, donc équipes et matériels énormes. Beaucoup de travail pour nous et excellent cadre de formation aux côtés de ses techniciens équipés et professionnelles. C'était exceptionnel de faire partie de ce projet à Bora Bora. Mais en même temps, j'ai trouvé le film très superficiel par rapport à l'image locale du fenua. Le film n'avait aucune allusion à Tahiti. En réalité, il aurait pu être tourné n'importe où! Il y a beaucoup d'équipes étrangères qui viennent chercher ici un décor sauvage et paradisiaque. En 15 ans, j'ai eu l'occasion de faire partie de certaines d'entre elles et de mieux comprendre leurs besoins. En général, ils sont agréablement surpris des équipes techniques locales et de leurs compétences.

Comment s'est déroulée cette nouvelle aventure, cette fois-ci 100% polynésienne ?
En tant que technicien, on s'intéresse évidemment beaucoup à la partie pratique du tournage, mais en tant que tahitien, je suis très fier de ce film qui montre une véritable image de Tahiti en fond d'écran, avec des acteurs polynésiens et une équipe locale.
Aussi, ce court-métrage avait un petit budget. Il y avait autant de travail et toujours autant de choses à apprendre. ll a fallu se débrouiller avec ce qu'on avait et s'adapter aux conditions et aux contretemps. Tout le monde a fait des efforts, car on savait que ce court-métrage devait traverser notre lagon. La productrice et la réalisatrice en ont fait bien plus pour qu'il arrive là !

Et l'ambiance au sein de l'équipe ?
La majorité des techniciens se connaissent déjà et j'ai souvent travaillé avec la plupart d'entre eux. Le tournage s'est vraiment très bien passé. En fait, on est des potes qui bossent ensemble. Avec eux, pas besoin de longues phrases pour se comprendre... et action!
Pour ce qui concerne les acteurs, je les connaissais pratiquement tous déjà très bien. Ce sont de véritables cadeaux, à fond dans ce qu'ils font, toujours positifs et très professionnels. Super ambiance !

Le film sera diffusé à Cannes pour le Short film corner. Comment as-tu réagi à cette annonce ?
Un pas de géant! Quelle fierté ! Notre petit bout de terre à Cannes! Être sélectionné, c'est fabuleux ! C'est peut-être une porte qui s'ouvre pour tous nos jeunes polynésiens. Il y a beaucoup de personnes passionnées ici, mais ni formations, ni débouchés. Beaucoup se forment sur le tas, quelques-uns ont la chance de partir pour apprendre. Il y a beaucoup de talents à Tahiti et aujourd'hui un des plus grands Festival du Film nous regarde... à nous de leur montrer !
Beaucoup de fierté donc, mais aussi beaucoup de gratitude car on réalise l'acharnement de Christine et Claire, la productrice et la réalisatrice. Elles nous ont trouvé ces nouveaux challenges qui nous apprennent notre métier, et portent ses fruits. Chaque nouveau projet est une chance de se former et de prouver qu'on sait le faire.
Aujourd'hui, le "Ori Tahiti" montre un beau visage de la Polynésie, je pense que le cinéma a le même potentiel, mais ils ont tous les deux encore besoin d'aide et de soutien...







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard