CULTURE

Il photographie le Heiva depuis 25 ans


Dimanche 16 Juillet 2017 à 15:49 | Lu 5017 fois

DANSE - Le photographe Lucien Pesquié est tombé amoureux du Heiva depuis son arrivée en Polynésie. Véritable passionné de culture polynésienne, il couvre l'événement depuis 25 ans. Et il n’est pas prêt de s’arrêter là !


Crédit photo : Lucien Pesquié
Crédit photo : Lucien Pesquié
Lucien Pesquié ne s’en lasse pas. Cette année, il célèbre son 25ème anniversaire d’activité photographique pour le Heiva. Au total, cela représente près de 200 000 clichés de groupes de danse et de chant. Mais l’artiste, dont nous avions fait le portrait lors de son exposition de modèles nus il y un an, est toujours aussi « curieux de découvrir un nouveau Heiva ».

À 7 ans, son père lui offre son premier appareil phot. Il en fera son métier après une carrière militaire. Formé au cours de ses nombreux voyages, il travaille avec de grands magazines : le monde de la mer, Océan, Ushuaïa ou Thalassa. Il se spécialise dans la photo de portrait.

Crédit photo : Lucien Pesquié
Crédit photo : Lucien Pesquié
Il se passionne pour la culture polynésienne depuis son arrivée sur le fenua. 

"Je trouve que la culture et le Ori Tahiti sont très forts. J’ai toujours été très intéressé par la danse. J’ai travaillé avec des danseurs et des chorégraphes très connus dans le monde entier, notamment en danse contemporaine. J’ai fait les photos des ballets de Roland Petit avec Pink Floyd qui jouait derrière les danseurs… C’était vraiment exceptionnel de faire des photos avec des gens comme ça. J’avais donc déjà une approche de la danse mais le Heiva, ça m’a vraiment épaté tout de suite", explique-t-il.

Ce qui le surprend toujours, c'est de " de voir que ce sont des gens de tous les jours qui y participent." poursuit-il. "Il peut y avoir une banquière, une institutrice, une étudiante, une mère de famille… ils ont la danse ancrée en eux et ils font les costumes eux-mêmes ! C’est complètement différent de ce qu’on peut voir ailleurs, où les danseurs professionnels ne font que ça. Ici presque tous les danseurs professionnels ont une autre activité à côté. Mais en attendant je trouve qu’ils s’investissent plus dans leur culture et dans la danse."
 








Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Juillet 2017 - 11:24 Le festival des Raromatai, c'est parti!

Dimanche 23 Juillet 2017 - 10:25 Vidéo - Alexander Lee, dessine le futur

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB