FAITS DIVERS

Hitimahana : faut-il sécuriser la baignade ?


Mardi 18 Août 2015 à 10:47 | Lu 3762 fois

SÉCURITÉ - Quelques jours après la noyade de trois enfants, beaucoup de suppositions sur les circonstances de l'accident sont avancées. Les habitants du quartier, évoquent la dangerosité du site.


À Hitimahana, les enfants sont souvent livrés a eux même lorsqu'ils sont sur cette plage. Au moment du drame, plusieurs jeunes garçons jouaient au ballon lorsqu'ils ont vu un des trois enfants dans la mer.

 "On les a vus qui jouaient en courant. (...) Après j'ai vu une fille relevait la main dans l'eau, je me suis dit qu'elle était en train de jouer. Après je n'ai pas fait attention, j'étais trop concentré sur le football." explique un petit garçon avec innocence sur la plage de l'accident. Les enfants ne se rendent pas toujours compte des dangers qu'ils encourent, surtout à Hitimahana. Même des adultes se sont déjà fait surprendre par des courants et par la cuvette qui se creusent plus au moins à quelques mètres de la plage. 

"C'est la première fois que ça arrive ici. Il y a des personnes qui ne savent pas où mettre leurs enfants pour se baigner. Ici, il y a un endroit où sa pique directement dans le fond, c'est vraiment dangereux. Alors s'il y a un enfant qui se trimbale à coté, il peut tomber dans le fond et là, c'est la noyade" avoue le pêcheur qui a trouvé le corps des enfants.

"Je ne m'inquiète pas trop des enfants de Hitimahana, mes petits enfants par exemple, connaissent déjà ce coin. Ils savent déjà nager, quand ils voient que c'est trop profond, ils rentrent vers le bord. Mais un petit qui ne connaît pas, s'il n'est pas surveillé, il va faire ce qu'il veut." affirme Pierre Teoru, un habitant du quartier.
 
Les parents des victimes sont endeuillés, rongés par la douleur et la culpabilité. Ils se trouvaient à côté de leurs enfants quand ils ont disparu quelques minutes pour aller à la plage. Ils souffrent des commentaires et des critiques exposées à leur égard sur les réseaux sociaux : "Il faut arrêter, qu'est-ce que vous croyez ? Que ça nous fait pas mal ? Faut se mettre à notre place ! Je sais que vous ne pouvez pas, mais attendez le jour où ça vous arrivera !" affirme le père de la petite Atea.

Les corps de ces trois enfants sont exposés à la salle paroissiale protestante Tamara. L'enterrement est prévu ce mardi à Orofara.

Rédaction web







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:49 12 ans de prison pour le père incestueux

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard