SOCIÉTÉ

Grève : les passagers d'Air Tahiti... prennent le ferry


Samedi 21 Mai 2016 à 12:23 | Lu 4112 fois

SOCIAL - Les grèves se durcissent à Air Tahiti et de nouveaux préavis ont été déposés vendredi. La compagnie a annulé la plupart des 65 vols en moyenne qu'elle assure quotidiennement pour environ 1900 passagers. Elle a pu néanmoins reprogrammer des vols pour aller chercher les passagers d'île en île. La compagnie a également affrété le navire Aremiti 5 ce samedi pour les passagers de Huahine et Raiatea.


Crédit : Tahiti Nui Télévision
Crédit : Tahiti Nui Télévision
Faute de pouvoir prendre l'avion, les passagers d'Air Tahiti prennent le ferry. Ce samedi, ils étaient 158, locaux et touristes, à embarquer en direction de Raiatea et Huahine. "On rentre à la maison, ça fait du bien. Mais pour la réservation de la place sur le bateau ce n'était pas évident, confie une passagère. On ne sait pas combien coûte le billet, si on est remboursés. On ne sait rien du tout là-dessus. Mais bon, au moins on rentre à la maison". 
"Je suis heureux d'être ici, c'est mieux que de nager ou le va'a", plaisante un américain qui rejoint son voilier amarré à Raiatea. 

Chez Air Tahiti, d'autres préavis ont été déposés pour la semaine prochaine. Les syndicats appellent aussi à la grève dans les sociétés prestataires de la compagnie (ravitaillement en carburant, plateaux-repas).
Les revendications sont nombreuses et beaucoup sont propres à chaque catégorie de personnels. Les syndicats insistent sur leur refus du plan social en cours, et sur les "pressions" et le "harcèlement" que subissent selon eux les salariés.
"Très peu de vols ont pu être assurés" a reconnu le service communication de la compagnie. Air Tahiti réajuste chaque jour tout son programme, et organise des vols-charters qui vont chercher les passagers dans les nombreuses îles desservies par la compagnie.

Les hôteliers se sont inquiétés de l'impact de cette grève sur leur activité, tout comme le président Edouard Fritch : "si ce conflit devait perdurer, le secteur économique du tourisme et les emplois qu’il génère se trouveraient à nouveau mis en difficulté"  a-t-il déclaré dans un communiqué, appelant à la reprise des négociations.

Le tourisme est le premier secteur économique de la Polynésie française, mais peine à redécoller après quinze années de crise.
Selon sa direction, Air Tahiti perd 250 000 euros par jour, si l'on ajoute les recettes non perçues aux frais d'hébergement pour les passagers bloqués.

Rédaction web avec Mike Leyral (Interviews : Manava Tepa)


Des passagers du bateau Aremiti affrété par Air Tahiti


Mere Bordes, attachée de direction chez Aremiti








Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 13:07 Le Taaone fait son Téléthon

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard