SOCIÉTÉ

Franchise : la fédération générale du commerce pourrait "attaquer le texte"


Samedi 28 Novembre 2015 à 14:53 | Lu 438 fois

ECONOMIE - Pour la fédération générale du commerce comme pour la CCISM, la hausse de la franchise à 30 000 Fcfp porte atteinte aux commerces locaux.


Gilles Yau, président de la fédération générale du commerce. Crédit : Tahiti Nui Télévision
Gilles Yau, président de la fédération générale du commerce. Crédit : Tahiti Nui Télévision
Jeudi à l'assemblée, un amendement a été voté ramenant la franchise douanière à 30 000 Fcfp. Dans un communiqué  transmis vendredi aux médias, la Chambre de commerce d'industrie et des services (CCISM) a tenu à réagir. Selon Stéphane Chin Loy, président de l'établissement, "la remontée de la franchise postale constitue un danger pour la survie de ses commerçants".

"Chaque fois qu'un consommateur va consommer à l'extérieur, c'est autant d'argent en moins dans l'économie polynésienne, dans la fiscalité polynésienne, et aussi dans les emplois. On détruit un peu plus les emplois localement", estime également Gilles Yau, président de la fédération générale du commerce. 
"En tant que commerçant, il est vrai que la franchise postale, pour nous, ça peut être un problème. Dans la mesure où les gens passent par Internet, ça ne va pas passer par notre biais et on ne fera pas notre travail", déclare Loïc Tabbouci, gérant d'un magasin en centre-ville. Mais il admet qu'il est "évident qu'il y a des produits qu'on n'a pas sur le territoire ou que l'on peut trouver sur Internet à un prix bien meilleur, même si on paie la taxe." 

Pour ce commerçant, ce qui manque pour ramener les clients dans les magasins, c'est simplement "une dynamique". "Pour hier et aujourd'hui, les gens sont venus de Taravao jusqu'ici à Papeete parce qu'il y avait une animation. Si on ne donne pas l'envie, l'intérêt aux gens de se déplacer en centre-ville, le centre-ville se désertifie", s'exclame-t-il. Loïc témoigne : "cela fait plusieurs mois que les gens ne consomment pas."

Concernant le vote de l'amendement sur la hausse de la franchise : "On voit que c'est avant tout un coup politique qui a été fait par l'opposition aujourd'hui", estime Gilles Yau. "Il y a deux façons d'évoluer là-dessus : soit on arrive à trouver un terrain d'entente avec un nouveau texte, soit on attaquera le texte de l'assemblée puisque c'est une initiative parlementaire", annonce le président de la fédération générale du commerce. 

Rédaction Web (Interviews : Sophie Guébel)

Gilles Yau, président de la fédération générale du commerce


Loïc Tabbouci, gérant d'un magasin en centre-ville








Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 15:53 Le miel local passé au crible

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard