SOCIÉTÉ

Enfants en difficultés scolaires : pensez aux troubles "DYS"


Dimanche 27 Septembre 2015 à 14:19 | Lu 2054 fois

EDUCATION - Certains enfants ont des difficultés d’apprentissage et sont turbulents, inattentifs ou plus lents dans leur compréhension. Ces comportements peuvent être signes d’un trouble "DYS". L'association APEDYS Polynésie aide les parents et les enfants à les surmonter.


Claudine Zaghda, Présidente de l’APDYS Polynésie (Crédit: Tahiti Nui Télévision)
Claudine Zaghda, Présidente de l’APDYS Polynésie (Crédit: Tahiti Nui Télévision)
Des enfants ont parfois des difficultés à apprendre. Dans le cadre scolaire, ils sont qualifiés de turbulents, inattentifs ou "fainéants".
Ces comportements peuvent être signes d’un trouble "DYS" : de dyslexie, dyscalculie, dysphasie, dyspraxie ou encore d’un trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité. Depuis quelques années, l'association APEDYS Polynésie se bat pour faire connaître ce type de troubles et aide les parents et les enfants à les surmonter. 

Les enfants pris en charge par l'association ont tous des troubles distincts.  Par exemple, Mathilde est dyslexique. Elle a des difficultés à reconnaître l’orthographe des mots. Arthur quant à lui souffre de trouble de l’attention avec hyperactivité. Il tremble beaucoup et ne peut travailler qu’avec son ordinateur. 
Kehaurani est dyspraxique. Elle a du mal à effectuer certains mouvements simples du quotidien, comme se laver les dents ou lacer ses chaussures. Sa mère a su très tôt que quelque chose n’allait pas, mais ni les enseignants, ni la psychologue scolaire n’ont détecté de trouble. Ce n’est qu’en CE2 qu’elle décide de consulter un orthophoniste. 
 
Claudine ZAGHDA présidente de l’APDYS Polynésie explique que se sont des enfants tout à fait normaux mais qui ont une façon différente de réfléchir. Le rôle de l'association est à la fois d'aider les enfants à comprendre et contourner leurs  troubles dans leur phase d'apprentissage. Mais aussi d'aider les parents à comprendre et accepter leurs troubles.
"Il faut faire le deuil de l’enfant parfait. Ce n’est pas facile. Il faut gérer le trouble et apprendre à lacher prise." explique Claudine  ZAGHDA . "Un enfant DYS est un enfant qui est souvent beaucoup plus intelligent qu'un autre. Il développe une intelligence qui est différente."ajout-elle.
 
 
Katy Gautier, une orthophoniste, propose des activités ludiques, qui leur permettent d’apprendre différemment la lecture par exemple. Selon elle, l’idéale est de repérer le trouble dès le plus jeune âge pour que la prise en charge soit plus efficace.
"C'est important d'être diagnostiqué tôt parce que si on a un enfant dès le CE1 qui nous arrive et avec lequel on arrive à mettre en place une rééducation et à compenser. Ça se passe très bien ! Mais si on les a, par exemple, en CM2, souvent ce sont des enfants qui ont aussi pris un retard scolaire. Qui ont fait l'apprentissage de l'échec et donc qui ont souvent une mauvaise estime d'eux-même. Ils ont une mauvaise images de l'école parce que c'est quelque chose qui les met en permanence en difficulté." explique l'orthophoniste.
 
Ce que beaucoup de personnes ignorent aussi, c’est que les enfants "DYS" développent d’autres facultés. Kehaurani, par exemple, parle 4 langues. Et Teraitua maîtrise parfaitement les mathématiques. Il est un excellent pilote et souhaite d'ailleurs en faire son métier.
 
Rédaction web (Reportage de Sam Teinaore )

Interview de Claudine Zaghda, Présidente de l’APDYS Polynésie


Interview de Katy Gautier, Orthophoniste









Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 11:38 Huit lettres pour montrer sa solidarité

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard