POLITIQUE

En Marche : "On représente un parti national mais nous saurons peser sur l'échiquier local"


Dimanche 24 Septembre 2017 à 17:12 | Lu 717 fois

INVITE DU JOURNAL - De retour de Paris, Heimana Garbet, le référent du mouvement la République en marche en Polynésie était l'invité du journal de Tahiti Nui télévision samedi soir.


Crédit : Tahiti Nui Télévision
Crédit : Tahiti Nui Télévision
"C'était un déplacement très enrichissant. (...) Les personnes que j'ai rencontrées ont reconnu le travail qu'on fait ici, ils nous ont encouragé à poursuivre, ils m'ont maintenu dans mes fonctions. C'est une des raisons pour lesquelles je suis allé en métropole." Le référent En Marche revient plutôt content de ses rencontres. Pour lui, Paris "écoute (...) tient compte des propositions qu'on fait."

En Marche prend régulièrement position sur l'actualité. La fédération des associations des parents d'élèves des écoles publiques (FAPEEP) a dénoncé récemment l'absentéisme des professeurs. Un sujet qui a alerté le mouvement d'Emmanuel Macron. La République En Marche Polynésie a adressé un courrier au ministre de l'Education nationale.
Le vice-recteur s'est engagé  vendredi à pourvoir des postes d'ici lundi. "Il y a eu une telle levée de bouclier des parents d'élèves. On se devait de réagir. Est-ce que notre courrier au ministre de l'Education nationale a porté ses fruits... On va dire qu'il y a d'heureux hasards." 

La République En Marche est un parti tout jeune. En Polynésie, le référent assure ne pas vouloir faire concurrence aux vieux partis locaux. "Nous n'avons pas la prétention d'être un parti local. On représente un parti national mais nous saurons peser sur l'échiquier local". 

Concernant les élections territoriales, Heimana Garbet reste flou : "Nous avons des consignes de Paris d'être présents pour les territoriales. Sous quelle forme  ? L'avenir le dira." Le référent affirme qu'il discute avec "un peu tout le monde" et refuse de parler d'alliance pour l'instant. 
En coulisses les membres de la République en Marche Polynésie assurent qu’ils travaillent sur deux hypothèses : une alliance avec le Tapura ou pas. Mais avec le parti d’Edouard Fricth, la belle entente lors de la campagne des législatives a du plomb dans l’aile. Le Tapura avait laissé entendre qu'il siégerait avec le parti de Macron a finalement choisi l’UDI.

Une décision qui laisse amer Heimana Garbet : "Il est clair que nous les avons soutenus pour les législatives. Ils avaient sollicité qu'En Marche ne désigne personne pour ces élections localement. Paris a accepté de jouer le jeu. Fritch en tire les conséquences. Vous voyez comment il a été accueilli à Paris. Est-ce que c'est l'accueil traditionnel qui est fait aux président de la Polynésie française, d'être accueilli juste par le ministre des Outre-mer et ne pas être reçu par des autorités plus importantes. Je trouve que Paris lui a fait l'hommage d'un service minimum."
 
Rédaction web  


 








Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Octobre 2017 - 09:55 Jacqui Drollet arrête la politique

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB