SOCIÉTÉ

Edouard Fritch commente l'actualité


Lundi 14 Novembre 2016 à 13:30 | Lu 938 fois

POLITIQUE - Edouard Fritch était l'invité de notre Grand JT dimanche soir. Parmi les sujets évoqués avec le président de la Polynésie française, la disparition d'une embarcation avec deux personnes à bord, le soutien du Tapura à Alain Juppé pour les primaires, l'emploi local et l'élection de Donald Trump à la Maison Blanche.


Interrogé sur l'arrêt des recherches de l'embarcation disparue avec deux personnes à son bord, Edouard Fritch, reconnait que les recherches coutent cher, et qu'il comprend la douleur des familles, mais que cependant, "Il reste un espoir". "D'après les estimations de certain pêcheurs, il se pourrait que l'embarcation ait dérivé vers les Tuamotu. Par chance, un avion d'Air Archipel est sur Rangiroa et nous lui avons demandé de couvrir cette zone". Pour le moment, aucune nouvelle.

Concernant l'actualité politique, et notamment le soutien du Tapura à Alain Juppé, Edouard Fritch précise. "Après l'annonce du soutien de Nicolas Sarkozy  à Gaston Flosse, Les enjeux sont devenus territoriaux. Nous avons donc décidé d'engager notre parti dans un soutien à Alain Juppé. (...) Pourquoi Alain Juppé. Parce qu'il connait bien la Polynésie et qu'il est le seul candidat à avoir fait le déplacement ici, et qu'avec lui, nous pourrons ensemble construire quelque chose."

Quant aux dissensions entre Edouard Fritch et Jacquie Graffe du Tapura qui soutiendrait Nicolas Sarkozy et qui conteste la candidature de Patrick Howell pour les législatives, pouvant augurer un départ du maire de Paea du Tapura, Edouard Fritch joue l'apaisement. "Je n'ai pas de différents politiques avec Jacquie Graffe, (...) je ne crains pas qu'il parte parce qu'il n'a pas de raisons plausibles de partir. (...) Maintenant, on me dit qu'il y a de petites touches qui se font à gauche et à droite, mais ce n'est pas mon problème."

Concernant le rapport de la CTC qui pointe du doigt "des mesures d’aide à l’emploi trop orientées vers le court terme" et qui regrette une" formation des demandeurs d’emploi, trop faibles". Le président Fritch répond. "Je suis d'accord. Il faut que l'on prépare nos jeunes à affronter le monde du travail. Ils doivent être formés et préparés. (...) Nous allons mettre des moyens supplémentaires  pour le budget 2017 au ministère de l'Emploi, pour qu'il consacre un peu plus d'argent à la formation de ces jeunes."

Au niveau international, le monde a les yeux tournés vers les Etats Unis suite à l'élection de Donald Trump à la Maison Blanche. Celui-ci  souhaite le durcissement des contrôles aux frontières, ce qui interpelle beaucoup de Polynésiens qui se questionnent sur les conséquences de cette politique concernant les voyages et le transit aux USA.

"C'est difficile de le dire aujourd'hui" estime Edouard Fritch, "Il a eu effectivement pendant la campagne des positionnements durs et en particulier sur l'immigration, mais depuis deux ou trois jours, le ton a un petit peu baissé (...)  je ne pense pas que dans les relations avec la Polynésie et la France, il y ait des mesures qui nous touchent (..) Il a des soucis plus important à mon avis."
 
Rédaction Web








Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 11:14 Fréquentation touristique stable

Jeudi 8 Décembre 2016 - 10:43 Un train qui relie les océans

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard