SOCIÉTÉ

Ecoles protestantes : des initiatives face aux factures de cantine impayées


Mercredi 26 Août 2015 à 15:12 | Lu 994 fois

EDUCATION - Les écoles protestantes changent de fournisseur pour les repas des cantines. Certaines familles peinent à honorer leurs factures. Le directeur des établissements protestants et le conseil d'administration étudient une politique d'aide.


Crédit : Tahiti Nui Télévision
Crédit : Tahiti Nui Télévision
Afin que les enfants ne soient pas pénalisés par les factures de cantine impayées par leurs parents, la direction des établissements protestants prend des initiatives.


Première mesure : un changement de fournisseur. Jusqu'à présent, une société privée, Newrest assurait les repas. A la rentrée, c'est la cuisine centrale qui a repris ce service. Un repas coûtant, en moyenne, 440 Fcfp avec Newsrest alors qu'il coûte 360 Fcfp avec la cuisine centrale.
Comme le signale le directeur des établissements protestants, Thierry Temauri, la différence sur le prix unitaire est peu significative mais reportée à l'année, elle devient conséquente.
L'an dernier, il déclare avoir frôlé les 30 millions d'impayé. Pour équilibrer la gestion des écoles, il a fallu trouver un fournisseur moins onéreux. Concrètement, cette initiative devrait donc permettre de baisser les tarifs de la cantine à l'année. 


Seconde mesure : une aide aux familles. Thierry Temauri souhaite mettre en place une politique d'aide vis-à-vis des familles qui ont des difficultés financières importantes.
Ce vendredi, le conseil d'administration doit se réunir afin d'établir les conditions et les taux d'attribution de ces aides. Les tarifications pourraient baisser jusqu'à 50% , pour les familles en grande difficulté.
Concernant les impayés, les différents services ainsi que les parents d'élèves ont été consultés afin de trouver des solutions.
"Une des solutions que nous souhaitons mettre en place, c'est une domiciliation sociale au niveau de la CPS, pour qu'une partie des allocations qui soit reversée directement à l'école. Et que les parents n'aient plus à se soucier de la prise en charge de leur cantine", déclare Thierry Temauri.

Rédaction web (reportage : Esther Parau Cordette)

Interview de Thierry Temauri








Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 11:38 Huit lettres pour montrer sa solidarité

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard