SOCIÉTÉ

Eaux usées du CHPF : les travaux sur le tuyau pourraient démarrer lundi ou mardi


Vendredi 15 Janvier 2016 à 15:14 | Lu 203 fois

SANTE - Le centre hospitalier souhaite réparer l'émissaire au plus vite. En revanche, il faudra encore attendre un peu pour retourner se baigner dans la baie de Taaone.


Photo d'illustration. Crédit : Tahiti Nui Télévision
Photo d'illustration. Crédit : Tahiti Nui Télévision
Cela fait une semaine que la baignade et les activités nautiques sont interdites dans la baie de Taaone. Vendredi dernier, le Centre hospitalier de Polynésie française (CHPF) a annoncé que l’émissaire, le tuyau qui sert à rejeter en mer les eaux usées de l’hôpital, s’est brisé. 
La mairie de Pirae a alors pris un arrêté d'interdiction de baignade et activités nautiques "par précaution". Les eaux usées sont en effet traitées avant d'être évacuées. 

La réparation provisoire du tuyau sera faite le plus "rapidement" possible selon l'hôpital. "Notre objectif actuellement, c'est de rétablir la continuité de l'émissaire sur l'ensemble de la partie émergée pour qu'il recommence à évacuer les eaux traitées par notre centrale d'épuration au large, comme c'est prévu, et comme c'est le cas depuis le début", explique Jean-Marie Savio, secrétaire général du CHPF. Les travaux de réparation provisoire devraient démarrer "lundi ou mardi pour une durée prévue de 6 jours", selon Jean-Marie Savio.

Il faudra ensuite encore attendre quelques jours avant que la mairie lève l'interdiction de baignade et activités nautiques. "La levée de l'interdiction dépend de la commune (...) Elle sera faite après réception des travaux, quand on aura vérifié que tout re-fonctionne normalement, et après avis du Centre d'hygiène et de salubrité publique", explique le secrétaire général du CHPF. 

Concernant la responsabilité des dégâts sur le câble, Jean-Marie Savio souligne : "La responsabilité de l'hôpital sur ces dommages... Il n'y en a pas puisque c'est un équipement qui a été posé il y a plusieurs années, qui fonctionne normalement, qui est entretenu normalement : vérifié, curé, etc."
Pour l'hôpital, les dégâts sont dus à une intervention extérieure. "Après ce sont aux experts que ce soit assurance ou technique, de déterminer la cause possible ou probable des dégâts, et, en fonction de ça, de voir pour les responsabilités", déclare Jean-Marie Savio. 
 

Rédaction Web (Interview Thomas Chabrol)

Jean-Marie Savio, secrétaire général du CHPF








Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 13:07 Le Taaone fait son Téléthon

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard