MONDE

Deux journalistes abattus en direct


Mercredi 26 Août 2015 à 10:16 | Lu 1421 fois

ETATS-UNIS - Un homme a froidement abattu mercredi en direct deux journalistes d'une chaîne de télévision locale américaine et a filmé lui-même la scène dont il a publié les vidéos sur les réseaux sociaux.


Deux  journalistes abattus en direct
La reporter Alison Parker, 24 ans, et le caméraman Adam Ward, 27 ans, de la chaîne WDBJ7, ont été abattus mercredi alors qu'ils interviewaient une femme sur le balcon d'un immeuble, au bord d'un lac non loin de Roanoke en Virginie (est), à environ 385 kilomètres de la capitale Washington.
On voit la journaliste crier lorsque des tirs sont entendus puis la caméra tombe au sol pendant que les coups de feu retentissent encore. La caméra continue de filmer les jambes du tireur. Un arrêt sur image montre le suspect vêtu de couleur sombre, pointant l'arme vers le sol en direction de la caméra. On ne voit pas de sang.
Sur le plateau, la présentatrice de l'émission en direct réagit avec stupeur. "Je ne suis pas sûre de ce qui est arrivé là, nous vous informerons dès que nous saurons d'où ces sons venaient", dit-elle.
 
Un peu plus tard, poursuivi sur une autoroute, le tireur pris en chasse a eu un accident. Les policiers se sont approchés de sa voiture et l'ont trouvé blessé par balle. Il a été transporté à l'hôpital et a finalement succombé à ses blessures"Le suspect dans cette fusillade est mort à l'hôpital de Fairfax Inova dans le nord de la Virginie", a déclaré le shérif du comté de Franklin (est), Bill Overton, lors d'une conférence de presse. 
 
Identifié comme étant Vester Lee Flanagan, 41 ans, qui travaillait aussi sous le nom de Bryce Williams, le meurtrier a non seulement commis son meurtre en direct, mais a aussi filmé lui-même la scène dont il a diffusé des vidéos sur ses comptes Twitter et Facebook.
Sur son compte Twitter @bryce_williams7, le tueur a accusé Alison Parker d'avoir "tenu des propos racistes". Il indique aussi avoir "filmé la fusillade, allez voir sur Facebook". 
Sur sa dernière vidéo, on peut le voir brandir un pistolet visant la journaliste qui, souriante, est en train d'interviewer une autre femme en veste blanche.
Visiblement personne ne remarque l'arme tenue par le tireur, le caméraman lui tournant le dos pour filmer le paysage et la journaliste étant absorbée par son interview.
Le tueur abaisse ensuite brièvement sa caméra ou son téléphone portable vers le sol, avant de tirer huit coups de feu en direction de la reporter qui tente de fuir. Les images montrent clairement la main du tueur vêtu d'une chemise bleue à carreaux, tenant le pistolet. 
Son compte Twitter a depuis été suspendu.
 
"Nous pensons qu'il s'agit d'un employé mécontent de la chaîne", avait plus tôt indiqué le gouverneur de Virginie, Terry McAuliffe. "Il a apparemment appelé un ami ou quelque chose, il était bouleversé".
 
 
Les deux journalistes "faisaient juste leur travail aujourd'hui", en l'occurrence un reportage sur le tourisme local, a déclaré le directeur de la chaîne Jeffrey Marks peu après le drame, précisant qu'ils étaient décédés "peu après 6H45 quand les tirs ont été entendus". 
Il a noté qu'il pouvait y avoir des inquiétudes quand des reporters étaient envoyés en zone de guerre, mais quand "on envoie quelqu'un sur une histoire de tourisme (...) on ne s'attend pas à ça". 
Les deux journalistes tués étaient "chacun amoureux d'autres membres de l'équipe de WDBJ", selon le patron de la chaîne.
Un présentateur de la chaîne, Chris Hurst, a confié sur Twitter peu après les faits que lui et Alison Parker étaient "très amoureux". Sur une photo de lui et de la victime, il écrit qu'ils venaient "d'emménager ensemble" et voulaient se marier. "Je suis anéanti".
"Elle travaillait avec Adam tous les jours. Ils formaient une équipe. J'ai le coeur brisé pour sa fiancée", a encore témoigné Chris Hurst, qui a envoyé quatre longs tweets peu après l'incident.
La femme interviewée, Vicki Gardner, une responsable de la chambre de commerce locale, a été "gravement blessée", selon le sénateur de Virginie Tim Kaine. 

Ce drame, qui a eu lieu non loin d'une autre tuerie en 2007, quand un homme avait abattu 32 personnes sur le campus de Virginia Tech avant de se suicider, a relancé le débat sur les armes à feu, qu'il est très facile de se procurer en Virginie.
L'événement relance l'éternel débat sur l'accès aux armes à feu aux États-Unis. La Maison-Blanche a une nouvelle fois appelé le Congrès à légiférer pour mieux encadrer leur vente et leur utilisation.
Déplorant une "fusillade tragique", Josh Earnest, porte-parole de Barack Obama, a souligné que le Congrès pouvait prendre des mesures "de bon sens" pour limiter ce genre de drames, "trop fréquents" aux États-Unis.
AFP








Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard