FAITS DIVERS

Deux ans ferme pour l’agression de sa nièce de dix ans et de l’une de ses voisines


Mardi 21 Mars 2017 à 15:08 | Lu 8444 fois

JUSTICE - Arrivé libre à l’audience, il est reparti escorté par les policiers pour passer sa première nuit à Nuutania. Cet homme de 44 ans a été condamné, ce mardi par le tribunal correctionnel, à quatre ans de prison dont deux ferme pour avoir eu un rapport avec sa nièce, alors âgée de 10 ans, et avoir agressé sexuellement l’une de ses voisines.


En 2013, une jeune femme avait porté plainte aux Iles-sous-le-Vent en raison de l’intrusion dans son domicile, de nuit, du prévenu qui habitait sur le même terrain. Et ce n’était pas la première mais la septième fois qu’il agissait de la sorte. Et à chaque "visite", l’homme tentait d’avoir des rapports avec elle, quitte à user de la force.

"Il a baissé mon short (…) m’a caressé la jambe (…) J’ai commencé à paniquer. Je n’arrivais plus à respirer. C’est quand il m’a vu dans cet état qu’il s’est arrêté ", avait témoigné la jeune femme devant les militaires. Des enquêteurs qui feront rapidement  le lien avec une autre procédure engagée en 2010 contre le mis en cause.

Il était en effet suspecté d’avoir, 5 ans plus tôt, agressé sa jeune nièce âgée de 10 ans à l’époque. Le dossier avait toutefois été classé sans suite faute d’éléments mais aussi en raison du peu de "soutien" des proches de la jeune fille à son égard. Une famille où planait "l’omerta", dixit les magistrats.

Réentendue par les gendarmes, celle qui est une adolescente aujourd’hui avait réitéré ses accusations, racontant que son oncle l’avait portée jusque dans sa chambre puis avait eu un rapport avec elle alors qu’elle n’était qu’une enfant. Des faits de viol passibles de la cour d’assises mais qui ont finalement été correctionnalisés avec l’accord de la victime.

A la barre, ce jeudi, tout comme durant l’enquête, le quadragénaire, gros consommateur d’alcool par le passé, a cependant nié s’en être pris à sa nièce sans parvenir à expliquer les raisons pour lesquelles celle-ci l’accuserait. "J’en sais rien", s’est-il contenté de lâcher.

Concernant sa voisine, en revanche, il a reconnu la quasi-totalité des faits. "Je voulais pas faire de mal. Je voulais donner du bien", a-t-il expliqué, en se disant épris de la victime.

"Il éprouvait un sentiment amoureux. Et il prenait ses rêves pour des réalités. Il a toujours soutenu avoir des relations sexuelles –consenties, NDRL- avec elle mais elle l’a toujours nié ", a renchéri son avocat, Me François Mestre.

Pour ce qui est de la jeune nièce, en revanche, le conseil a plaidé la relaxe au bénéfice du doute, les faits n’étant pas avérés, selon lui. Au contraire de la procureure pour qui un "faisceau" d’indices et les déclarations constantes de la jeune fille sont "suffisants" pour se convaincre de la culpabilité de l’homme.

Un avis finalement partagé par les magistrats du tribunal. Le quadragénaire a donc écopé d’une peine de deux ans de prison ferme avec mandat de dépôt à Nuutania. Son nom figurera désormais dans le fichier des auteurs d’infractions sexuelles. Il devra, enfin, verser un total de 3,5 millions de francs de dommages et intérêts à ses deux victimes. Son avocat a annoncé qu’il ferait appel du jugement.
 
 J-B. C. 
 
 
 
 







Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 19 Novembre 2017 - 16:00 ​Un bébé meurt à Faa’a

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017