POLITIQUE

Cyril Tetuanui : "Dans une famille on dit ce qu'on pense"


Vendredi 12 Août 2016 à 17:42 | Lu 2015 fois

COMMUNES - Le président du Syndicat pour la promotion des communes (SPC) est revenu sur la résolution adoptée à l'issue du congrès des communes et la réaction qu'elle a suscitée chez le Président du Pays Edouard Fritch. Il affirme que "personne ne tire de ficelles".


Cyril Tetuanui, Président du SPC
Cyril Tetuanui, Président du SPC
La semaine dernière, le 27ème congrès des communes s'est achevé par l'adoption d'une résolution des élus sous forme de "taahoa", autrement dit de ras-le-bol total. Le texte posait un ultimatum de 3 mois au président Fritch pour définir des modalités de travail dans une vision de partenariat et pour reconnaître "la capacité des communes à agir en autonomie, dans des limites à définir avec le Pays". 

Lundi, le Président organisait une conférence de presse pour exposer son sentiment concernant cette résolution. Un sentiment amer."Mon amertume est d’autant plus forte que depuis que j’ai pris mes fonctions à la tête du Pays, j’ai multiplié les initiatives en faveur des communes." avait t'il alors expliqué. Edouard Fritch avait alors évoqué des manipulations de la part de certains maires mécontents. 

Pourtant si l'on en croit le président du SPC, Cyril Tetuanui, cette résolution n'a rien d'un coup bas. "Je pense que la résolution issue du 27ème congrès marque bien la volonté des maires de dire au gouvernement qu'on veut travailler ensemble, en partenariat. C'est ce qu'on a toujours voulu" a t'il confié au micro de Tahiti Nui Télévision.

"Personne ne tire de ficelles. On dit ce qu'on pense c'est la démocratie (...) On veut en amont travailler avec le Pays pour pouvoir répondre aux sollicitations de la population. C'est vrai il y a des mots forts, mais c'est comme ça, dans une famille il faut dire ce que l'on pense." ajoute t'il.

Concernant Christian Vernaudon, accusé par le Président Fritch de tirer les ficelles, Cyril Tetuanui martèle "Il n'a rien à voir, il n'est pas dans le comité de direction."

Pour Cyril Tetuanui, cette résolution a donc seulement vocation à informer le gouvernement des velléités de la population et des besoins des communes, par exemple en matière de responsabilité juridique "Concernant des compétences qu'on assume aujourd'hui, on a une insécurité juridique sur nos actes, c'est ce qu'on demande, qu'on puisse régulariser cette situation en modifiant l'article 43-2 du statut du Pays. C'est le souhait des tavana."

Lors de sa conférence de presse, le Président Fritch avait, par ailleurs, annoncé que tous les projets communaux actuellement à l'étude dans les différents ministères seraient gelés en attendant un entretien entre le Pays et les tavana. Une décision prise pour mieux cerner les attentes des communes. Cette décision, Cyril Tetuanui ne la considère pas comme sanction, bien au contraire. "C'est une bonne chose. Ca va dans le sens du souhait des tavana de discuter un peu par rapport aux projets." indique t'il.

Egalement interrogé sur la question, le tavana de Punaauia, Rony Tumahai déclare "Il y a eu, comme d'habitude, un groupe de tavana qui s'est penché sur cette résolution et qui l'a rédigé. A aucun moment, Christian Vernaudon n'était présent ou n'est intervenu dans cette résolution. Nous avons rédigé ce document  en sachant très bien que ce que nous demandons c'est un partenariat, comme on l'a dit, honnête et sincère. "

Interrogé sur une éventuelle manipulation d'une poignée de maires, Rony Tumahai répond "En tous les cas c'est porté par les représentants des maires de chaque archipel. Maintenant si ces représentants ne sont pas représentatifs, qu'ils le disent. Mais jusqu'à présent aucun des maires n'a contesté."







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:10 Edouard Fritch rencontre les maires

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard