SOCIÉTÉ

Création d'une cellule d'aide aux victimes des essais nucléaires


Vendredi 14 Octobre 2016 à 16:12 | Lu 898 fois

NUCLEAIRE - Ce matin l'association 193, a annoncé qu'elle compte mettre en place à partir de janvier 2017, une cellule d'aide aux familles de personnes victimes des retombées des essais nucléaires.. En préambule, elle a tenu à rappeler qu'elle était apolitique et qu'elle n'était en aucun cas affilié à l'UPLD.


Crédit photo: TNTV
Crédit photo: TNTV
A l'origine de cette initiative, le décès, en 2004, de la femme d'Yves Conroy, victime des radiations liées aux essais nucléaires. En effet, d'après les médecins qui traitaient sa femme pour plusieurs cancers, ses tumeurs étaient dues aux rayonnements ionisants. Les déclarations des médecins traitants ont été jointes au dossier de demande d'indemnisation prévu par la loi Morin.

Le 5 juillet 2016, la Civen (Comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires) confirme par courrier qu'il allait bénéficier d'une indemnisation, car les cancers de sa femme ont bien été provoqués par les radiations liées aux essais nucléaires.

Là où le bât blesse, c'est que la femme d'Yves Conroy n'a jamais mis les pieds de sa vie à Moruroa et Fangataufa, et n'est jamais allée aux Gambiers. Elle a grandi à Raiatea, aux îles-Sous-Le-Vent et a vécu uniquement à Tahiti. C'est à dire hors du périmètre reconnu par la loi Morin pour bénéficier des indemnisations.

Le périmètre reconnu par la loi Morin englobe Moruroa, Fangataufa et les zones dites à risques que sont, la presqu’île deTahiti, les Gambier et les atolls de Tureia, Pukarua et Reao.

Pour l'association, cela ouvre le champ d'indemnisation à tous les habitants de la Polynésie. C'est pour cela qu'elle compte mettre en place cellule d'aide aux familles de personnes victimes des retombées des essais nucléaires pour que tous les Polynésiens atteints des maladies répertoriées sur la liste de la loi Morin, puissent monter un dossier  de demande d'indemnisation.

Pour Auguste Uebe-Carlson, président des 193,  "Un des objectifs importants de ce jour, est la création d'une cellule de réparation et d'accompagnement de toutes les victimes liées aux essais nucléaires. (...) D'ici la fin de cette année, nous allons proposer des séminaires de préparation et de mise en place pour bien comprendre les démarches à suivre et en janvier 2017, nous ouvrons cette cellule d'accompagnement."

Cette cellule est destinée à toutes les victimes en Polynésie, et non pas uniquement à ceux ou celles qui ont travaillé à  Moruroa et Fangataufa et dans les zones dites "à risques". Pour l'association, "Tous les archipels sont concernés".

 

ITW de Auguste Uebe-Carlson, pdt de l'association 193


Yves Conroy de son coté considère être arrivé à la phase finale de ce qu'il voulait, à savoir, "Que la France reconnaisse que ma femme est morte des suites des retombées des essais nucléaires. Ca me suffit." Poursuivant,"Maintenant, ils en sont à la phase d'indemnisation, mais ça, personnellement, je m'en fous. La vie de ma femme n'a pas de prix." 

Douze ans après le décès de sa femme, le combat continue. "Maintenant, je me dois d'aider les autres à faire leur dossier".

Itw d'Yves Conroy








Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 13:07 Le Taaone fait son Téléthon

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | TE AITO | Festival des îles | Bodyboard