FAITS DIVERS

Crash d'un drone sur la piste de l'aéroport de Faa'a


Jeudi 29 Décembre 2016 à 11:56 | Lu 4993 fois

SECURITE - Plus de peur que de mal mardi. Le petit appareil dont le propriétaire n'a pas encore été identifié, n'a pas eu le temps de gêner les avions.


Photo d'illustration. Crédit : Tahiti Nui Télévision
Photo d'illustration. Crédit : Tahiti Nui Télévision
Selon une information de nos confrères de La Dépêche de Tahiti, un drone a été intercepté sur une piste de l'aéroport de Tahiti Faa'a mardi soir. Ce sont des pilotes d'Air Tahiti qui ont alerté les autorités. C'est juste après avoir atterri que les pilotes ont remarqué l'objet volant d’une trentaine de centimètres de largeur, aux couleurs rouge et verte, devant leur appareil. L'engin s'est finalement écrasé et ce sont les pompiers, rapidement intervenus, qui ont constaté que c’était bien un drone.

“C’est le premier événement drone que l’on découvre en voisinage de la piste”, a confié le responsable de la communication de l’aviation civile, Francis Sacault à nos confrères. 
Une enquête a été ouverte par la gendarmerie afin de retrouver le propriétaire du drone. L'objet volant n'aurai afin de connaître le propriétaire de cet objet volant pas encore identifié.

Le vol de drone est soumis à une réglementation stricte. Pour des raisons évidentes de sécurité, l'utilisation de ces objets volants est interdite dans le voisinage d'un aérodrome. 

En octobre, le Sénat a adopté une proposition de loi plus restrictive visant les machines de plus de 800 grammes. Des nouvelles obligations existent désormais. 
Parmi celles-ci, obligation des pilotes de drones à se former et immatriculer leur drone en ligne, les fabricants seront dans l’obligation d’en informer les utilisateurs. Les drones devront être équipés d’un signalement électronique et lumineux, ainsi que d’un dispositif de limitation des performances. En cas de survol illicite, les sanctions seront alourdies. 
La loi prévoit de punir de six mois d’emprisonnement et de 15 000 euros (1 800 000 Fcfp) d’amende le fait de survoler une zone interdite "par maladresse ou négligence " et d’ un an d’emprisonnement et de 45 000 euros (5 400 000 Fcfp)  d’amende le fait "d’engager ou de maintenir" un drone au-dessus de ce même type de zone. 
 
Rédaction web 







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017